retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (13ème partie) : Décembre 2004
AP, AFP, 11 décembre 2004

Irak : La résistance accusée d’utiliser l’hôpital de Ramadi pour attaquer les troupes d’occupation américaines


BAGDAD (AP) - La résistance irakienne a utilisé le principal hôpital de Ramadi pour attaquer les soldats américains par des tirs de grenades et d’armes légères, a annoncé l’armée samedi 11 décembre 2004. L’incident n’a pas fait de blessés.


Selon le capitaine Bradley Gordon, l’embuscade s’est produite, vendredi 10 décembre 2004 au soir, alors que des soldats patrouillaient dans la ville, située à 113 km à l’ouest de Bagdad. Les résistants s’étaient réfugiés dans l’hôpital de Ramadi et dans des zones voisines pour y attendre les soldats.

Dans un communiqué, Bradley Gordon explique que les résistants avaient éteint toutes les lumières de l’établissement à l’approche des soldats. "Les rebelles ont tiré des grenades RPG et à l’arme légère contre les soldats, dès que leurs lumières de l’hôpital ont été rallumées". Le capitaine Gordon précise que les troupes américaines ont répliqué. On ignorait dans l’immédiat si l’incident avait fait des blessés côté irakien. Les Marines vont retourner à l’hôpital pour interroger la direction sur la présence des resistants dans l’établissement.

Arrestation de 30 suspects après l’attaque du commissariat de Baaqouba

BAGDAD (AP) - La police irakienne a interpellé trente suspects après l’attaque d’un poste de police de Baaqouba, a annoncé l’armée américaine samedi 11 décembre 2004.

Le sergent Robert Powell a expliqué que 29 personnes avaient été arrêtées, dès vendredi 10 décembre 2004 au soir, après l’attaque du commissariat. Un autre homme a été capturé dans la mosquée Al-Zaituna en possession de deux revolvers. Les suspects étaient interrogées par la police. L’attaque n’a fait aucun blessé.

Un soldat américain condamné à trois ans de prison pour le meurtre d’un civil irakien

BAGDAD (AP) - Un soldat américain a été condamné à trois ans de prison pour le meurtre d’un adolescent irakien, qui était gravement blessé, a annoncé, samedi 11 décembre 2004, l’armée. Le sergent Johnny Horne, âgé de 30 ans et originaire de Caroline du Nord, avait plaidé coupable de meurtre sans préméditation. Il appartenait à la compagnie C du 1er bataillon du 41e régiment d’infanterie basé à Fort Riley, au Kansas.

Le 18 août 2004, un adolescent de 16 ans avait été retrouvé, dans un camion en flammes, dans le quartier de Sadr City à Bagdad. Il souffrait de plusieurs blessures graves à l’abdomen. Un enquêteur avait expliqué lors d’une précédente audience que les soldats avaient décidé de l’abattre « pour mettre un terme à ses souffrances ».

Après quatre heures de délibération, vendredi 10 décembre 2004 au soir, les sept membres du jury ont condamné Johnny Horne à trois ans de prison. Le sergent Horne est l’un des six soldats de Fort Riley accusé d’avoir tué des Irakiens au cours des derniers mois. Le sergent Cardenas Alban, 29 ans, a également été inculpé dans le meurtre de l’adolescent de Sadr City et attend son procès.

Attentat à la voiture piégée à Mossoul

MOSSOUL, Irak (AP) - Une voiture piégée a explosé, samedi 11 décembre 2004, au passage d’un convoi de l’armée américaine, à Mossoul, dans le nord de l’Irak, a rapporté l’armée. Un civil irakien a été tué, selon des témoins.

Un porte-parole de l’armée, le colonel Paul Hastings, a précisé que la déflagration s’était produite dans l’est de la ville, vers 10h00, alors qu’un convoi de véhicules blindés Humvee patrouillait dans le secteur. Aucun soldat n’a été blessé dans cet incident. Un témoin a affirmé qu’au moins un civil irakien avait été tué.

Par ailleurs, au moins neuf personnes, dont deux policiers, ont été blessés dans des attaques distinctes contre les forces de sécurité et des employés gouvernementaux à Bagdad.

Des hommes armés ont attaqué une patrouille de police, tard vendredi 10 décembre 2004, dans la banlieue nord d’Azamiyah, tuant deux officiers et blessant deux autres, selon le lieutenant Mohammed al-Obeidi.

Des résistants ont par ailleurs pris pour cible, tôt samedi 11 décembre 2004, un autobus transportant des employés du ministère de l’Education, dans le quartier de Ghazaliyah, blessant cinq personnes.

Toujours à Bagdad, un religieux chiite a été assassiné par des hommes armés dans le quartier de Shoula, a-t-on appris auprès d’un porte-parole de la police.

Associated Press

La préparation des élections va bon train

BAGDAD (AFP) - A sept semaines des élections générales en Irak et malgré les violences, les préparatifs vont bon train en vue de la tenue du scrutin pour lequel Washington a réclamé une plus grande implication de l’ONU.

Après les chiites, le Parti communiste irakien a annoncé avoir présenté une liste de 257 candidats de toutes confessions et ethnies aux élections prévues le 30 janvier 2005, appelée l’Union du peuple. "La liste de l’Union du peuple comprend des personnalités de toutes confessions et de toutes ethnies", a déclaré le secrétaire du parti Hamid Majid Moussa au quotidien Al-Madaa, sans préciser par qui elle sera conduite. Il a toutefois indiqué qu’elle comprenait le ministre de la Culture, Moufid al-Jazaïri, qui représente le parti au gouvernement intérimaire. M. Moussa a indiqué que son parti n’avait pas réussi à s’associer à d’autres formations laïques et kurdes pour une liste élargie en raison de l’échec des négociations avec ces formations.

La Commission électorale a reporté, vendredi 10 décembre, au 15 décembre 2004 la date du dépôt des listes de candidats aux élections, au lendemain de l’annonce d’une large alliance dominée par les chiites et partie favorite pour remporter le scrutin. Un représentant du grand ayatollah Ali Sistani, qui a donné sa bénédiction à cette liste, a mis en garde contre toute fraude pendant le scrutin et souhaité une large participation des Irakiens à la consultation.

A Washington, l’envoyé spécial en Irak du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, Ashraf Jehangir Qazi, a discuté avec le secrétaire d’Etat adjoint, Richard Armitage, de l’organisation des élections. M. Armitage a déclaré que les Etats-Unis "appréciaient le travail important que M. Qazi et la mission de l’ONU effectuent en Irak", selon un porte-parole du département d’Etat, Adam Ereli. Ce dernier s’est félicité de "la poursuite par l’ONU de ses préparatifs techniques pour le scrutin et de l’entraînement des personnels affectés à ces élections". M. Ereli a indiqué que Washington "s’attendait à ce que l’ONU augmente le nombre de ses personnels" en Irak. L’ONU insiste régulièrement sur la nécessité d’améliorer la situation sécuritaire pour pouvoir renforcer sa mission en Irak.

Le chef de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) Andrew Natsios, en route pour l’Irak, s’est dit optimiste concernant la tenue de la consultation, estimant qu’elle ne serait pas manipulée par des forces étrangères. "Nous savons que l’insécurité est directement liée au niveau de reconstruction, à la croissance de l’économie et à la tenue d’élections libres et transparentes", a déclaré à Amman M. Natsios, qui s’entretiendra notamment à Bagdad avec des membres de la commission électorale.

Pour sa part, le président russe Vladimir Poutine s’est dit préoccupé par la poursuite de la violence en Irak et a insisté sur le transfert rapide de la "pleine souveraineté" aux Irakiens, quelques jours après avoir mis en doute la possibilité d’élections en janvier 2005.

Samedi 11 décembre 2004, le corps criblé de balles d’un soldat de la Garde nationale irakienne enlevé a été retrouvé dans la région de Baaqouba, au nord de Bagdad, selon un membre de cette force.

Toujours dans le nord, à Mossoul, une voiture piégée a explosé après le passage d’un convoi militaire américain, blessant deux civils irakiens, selon un témoin et une source hospitalière. Selon des chiffres du Pentagone, plus de mille soldats américains ont été tués au combat depuis l’invasion de l’Irak en mars 2003.

Enfin, l’armée américaine a demandé à son seul et unique fournisseur de véhicules blindés tout-terrain Humvee utilisés en Irak, d’accélérer ses cadences de production. Le Pentagone fait l’objet de critiques, jusque dans les rangs des soldats sur le terrain, pour ne pas équiper suffisamment ses troupes face aux explosions et attentats auxquels elles sont confrontées en Irak.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source