retour article original

vendredi 26 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AP, 12 décembre 2004

Proche Orient : Attaque d’envergure sur un poste frontalier israélien entre Gaza et l’Egypte


Des blindés israéliens près de Gaza, le 7 décembre 2004

JERUSALEM (AP) - La Bande de Gaza secouée par l’attentat le plus sanglant depuis la mort de Yasser Arafat. Des Palestiniens ont fait sauter, dimanche 12 décembre 2004, un tunnel bourré d’explosifs sous le terminal de passage israélien à la frontière entre le territoire et l’Egypte, près de la ville de Rafah, faisant au moins quatre morts et dix blessés.

Des Palestiniens s’abritent derrière une ambulance pour échapper au tir d’une mitrailleuse israélienne, à Gaza, le 7 décembre 2004


Des hélicoptères israéliens survolaient la zone où se précipitaient les ambulances, la poursuite de fusillades compliquant les efforts d’évacuation des victimes. Des témoins palestiniens ont fait état d’une seconde explosion une heure plus tard, mais qui n’aurait pas fait de dégâts supplémentaires. Les Palestiniens ont affirmé avoir fait sauter plus d’une tonne d’explosifs sous le terminal, les Israéliens précisant que la force de l’explosion a fait s’écrouler plusieurs structures et en a endommagé d’autres. Selon la radio d’Israël, une personne, portée disparue, pourrait être coincée sous les décombres.

Des Palestiniens autour des restes de la voiture de Djamal Abou Samhadana. Le chef des Comités de résistance populaire palestiniens a survécu à un tir de missile israélien, dans le sud de la bande de Gaza, entre Khan Younis et Rafah, le 9 décembre 2004

Raanan Gissin, porte-parole du Premier ministre Ariel Sharon, a fourni un dernier bilan en début de soirée, alors que les opérations de secours se poursuivaient : "Nous avons pour l’instant au moins dix blessés, quatre morts, et les efforts pour l’opération de secours sont toujours en cours", a-t-il déclaré à l’agence Associated Press Television News.

Les restes de la voiture de Djamal Abou Samhadana

Deux explosions ont secoué le terminal du poste-frontière, a précisé le capitaine Jacob Dallal, porte-parole de l’armée israélienne. "Il s’agissait d’une attaque très importante, bien organisée et planifiée, contre un point de passage international, utilisé par des civils palestiniens pour se rendre en Egypte", a-t-il ajouté, précisant que le poste-frontière serait fermé jusqu’à plus ample information.

Scène de rue à Jérusalem, le 10 décembre 2004

Un combattant palestinien disant s’appeler Abou Majad a expliqué que des hommes armés avaient attaqué la position israélienne après l’explosion, qu’il a revendiquée au nom des Faucons du Fatah, branche du parti fondé par Yasser Arafat, et du mouvement extrémiste Hamas. Au moins un combattant palestinien a été tué dans l’opération, selon lui.

Des résistants palestiniens, à Naplouse, le 12 décembre 2004

Selon un responsable du Hamas, le tunnel, long de 800 mètres, contenait une tonne et demie d’explosifs. Abou Majad a précisé qu’il s’agissait de venger l’"assassinat" d’Arafat. Nombre de Palestiniens pensent que le raïs, mort dans un hôpital parisien le 11 novembre, a été empoisonné. Cet attentat semble montrer que la sorte de trêve ayant suivi la mort d’Arafat est terminée. Des informations non-confirmées faisaient état de l’implication de deux kamikazes, alors que l’attaque a été précédée de plusieurs tirs de mortier sur des implantations juives dans le sud du territoire.

Un enfant palestinien blessé par l’armée israélienne, à Khan Younis, le 12 décembre 2004

Les Palestiniens ont creusé nombre de tunnels dans le secteur de Rafah, les utilisant pour amener d’Egypte des armes et des marchandises de contrebande. A plusieurs reprises depuis le début de la deuxième Intifada, ils ont utilisé cette méthode pour attaquer l’armée, creusant des tunnels sous des bases israéliennes, les bourrant d’explosifs avant de les faire sauter.

Associated Press

Un enfant palestinien blessé par l’armée israélienne, à Khan Younis, le 12 décembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source