retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (13ème partie) : Décembre 2004
AFP, 20 décembre 2004

Irak : Ali Khamenei accuse Israël et Washington d’être derrière les attentats de Kerbala et Najaf


Les attentats perpétrés, dimanche 19 décembre, dans les villes saintes chiites irakiennes de Najaf et Kerbala, ont fait un total de 66 morts, selon un dernier bilan lundi 20 décembre 2004.


Le "dernier bilan à Najaf est de 52 morts et 142 blessés", a dit à la presse le gouverneur de Najaf, Adnane Zorfi, alors qu’il était encore de 48 morts dimanche 19 décembre 2004 au soir, quelques heures après un attentat à la voiture piégée. Le bilan de l’attentat suicide à la voiture piégée perpétré quelques heures plus tôt, à Kerbala, était inchangé, lundi 20 décembre 2004, à 14 morts et 57 blessés.

M. Zorfi a affirmé l’existence "d’une connexion entre les deux attentats de Najaf et Kerbala", en attribuant la responsabilité "à des loyalistes du régime déchu (de Saddam Hussein) et des terroristes salafistes", référence à la mouvance radicale islamiste à laquelle se rattache le réseau terroriste Al-Qaïda d’Oussama Ben Laden.

Ces attentats, les plus sanglants contre les chiites depuis ceux de mars 2004 qui ont fait plus de 170 morts Kerbala et Bagdad, ont été commis prés du mausolées de l’imam Ali, à Najaf, et de celui de l’imam Hussein, à Kerbala, deux des lieux les plus vénérés par la communauté chiite d’Irak et du monde.

"L’opération s’inscrit dans la guerre sectaire menée par les terroristes à l’intérieur et à l’extérieur de l’Irak pour entraver le processus démocratique et pour annuler les élections", du 30 janvier 2005, a dit le gouverneur. Les Irakiens doivent se rendre aux urnes à cette date pour élire une assemblée législative constituante, qui devrait être dominée par les représentants de la communauté chiite, majoritaire en Irak.

M. Zorfi a fait état de l’interpellation de 50 suspects à Najaf, qui sont interrogés. "Nous avons arrêté un suspect, qui est originaire d’un pays arabe", a dit le gouverneur.

Les responsables de ces actes "essaient de semer la sédition et déstabiliser le pays", avait averti, dimanche 19 décembre 2004, le grand Ayatollah Mohammad Saïd Al-Hakim, l’un des quatre "Marja’a" (référence religieuse pour les chiites), en demandant au gouvernement de "mettre un terme à ces crimes et d’arrêter les faiseurs de mal".

A Najaf, la voiture piégée était garée à un centaine de mètres du mausolée de l’Imam Ali, la figure la plus révérée du chiisme. L’explosion s’est produite alors que se déroulait, à 400 mètres de là, une procession funéraire pour un chef tribal important, cheikh Hatem Al-Hassan, à laquelle participaient le gouverneur de la ville Adnane Zorfi et le chef de la police Ghaleb Al-Jazairi.

A Kerbala, l’explosion, qui s’est produite deux heures avant celle Najaf, a eu lieu dans une gare d’autobus de la ville.

Neuf autres personnes ont été tuées, dimanche 19 décembre 2004, en Irak : à Bagdad, trois employés d’un bureau électoral ont été abattus par des inconnus, et, dans le nord du pays, six Irakiens, dont quatre jeunes Kurdes, ont été tués dans une attaque près de Kirkouk.

A Paris, le ministre des Affaires étrangères français, Michel Barnier, a assuré, lundi 20 décembre 2004, avoir la "conviction" que les deux journalistes français retenus en otages en Irak étaient "en vie" et en "bonne santé". "Nous recevons régulièrement des infos et, selon ces informations, nous avons la conviction qu’ils sont en vie et qu’ils sont en bonne santé", a déclaré M. Barnier à propos de Christian Chesnot et Georges Malbrunot.

Les deux journalistes ont été enlevés, il y a quatre mois, au sud de Bagdad, par l’"Armée islamique en Irak". "Je veux simplement redire clairement que nous sommes mobilisés, nous le resterons, avec notre méthode qui est faite de patience, de discrétion, et une conviction qui est fondée sur la confiance que nous obtiendrons leur libération", a déclaré le ministre, qui s’exprimait au micro de la radio RTL.

Aux Etats-Unis, selon le Los Angeles Times, la Maison Blanche fait pression sur le Pentagone pour que celui-ci réduise ses coûts. Selon le quotidien, la réduction des coûts demandée par la présidence serait de l’ordre de 60 milliards de dollars sur six ans, alors que le budget 2005 du Pentagone atteint un total de 417,5 milliards. Cet appel de la Maison Blanche a été lancé alors que le déficit budgétaire des Etats-Unis atteint des sommets et que la guerre en Irak est de plus en plus coûteuse, avec un coût mensuel estimé à 4,4 milliards de dollars.

Attentats de Najaf et Kerbala : Ali Khamenei accuse Israël et Washington

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a affirmé, lundi 20 décembre 2004, que les services de Renseignements israéliens et américains étaient derrière les attentats de Najaf et Kerbala, qui ont fait 66 morts, a rapporté la télévision d’Etat. "Je suis certain que les services des renseignements israéliens et américains sont derrières ces événements", a déclaré l’ayatollah Khamenei, cité par la télévision. "Soit ils ont commis les attentats directement, soit ils ont utilisé quelques individus intégristes, mais ils les ont eux-même planifié", a-t-il ajouté. "Après de nombreuses années, les Irakiens se rendent aux urnes pour faire leur propre choix malgré la volonté des oppresseurs, mais les forces d’occupation (américaines et britanniques) ne veulent pas cela. Elles veulent une apparence d’élection mais cherchent à faire élire leurs agents, ceux qui sont aux ordres des Américains et des Britanniques et qui gouvernent actuellement l’Irak", a déclaré le numéro un iranien.

Le numéro un iranien a ajouté que les Etats-Unis cherchaient à attiser les "divisions entre musulmans chiites et sunnites". "Les déclarations de certaines marionnettes des Etats-Unis visent précisément accentuer les différences entre sunnites et chiites", a-t-il ajouté. Le numéro un iranien faisait allusion aux déclarations du ministre irakien de la Défense, Hamza Chaalane qui a affirmé, mercredi 15 décembre 2004, que l’Iran était "l’ennemi le plus dangereux de l’Irak et de tous les Arabes", devant des officiers supérieurs irakiens et américains.

La population iranienne est formée à plus de 90 % de musulmans chiites. Le gouvernement iranien espère une victoire des chiites qui forment 60 % de la population irakienne aux élections prévues pour le 30 janvier 2005.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source