retour article original

vendredi 28 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (13ème partie) : Décembre 2004
Le Monde, 23 décembre 2004

Irak : Nouvelle journée meurtrière pour l’armée américaine


Des attaques à Bagdad et dans la province d’Al-Anbar ont fait plusieurs morts dans les rangs de l’armée américaine. Plusieurs civils irakiens ont également été tués lors de ces offensives.


Quatre soldats américains et quatre Irakiens ont été tués, jeudi 23 décembre, en Irak. La police a annoncé l’arrestation de suspects dans l’attentat de dimanche 19 décembre 2004, à Kerbala, et l’armée américaine traquait des résistants, deux jours après l’attaque meurtrière contre sa base de Mossoul.

Au moins quatre explosions ont secoué la capitale en fin d’après-midi. Il était toutefois impossible, dans l’immédiat, d’en connaître l’origine. Bagdad est régulièrement le théâtre d’attaques de la résistance. Trois civils et un policier irakiens ont été tués dans l’ouest de la ville dans deux attaques contre une mosquée et un poste de police. Toujours dans l’ouest de Bagdad, un GI a été tué et deux autres ont été blessés par l’explosion d’une bombe artisanale. Ce soldat est le premier militaire américain à trouver la mort depuis l’attaque contre la base de Mossoul qui a fait, mardi 21 décembre 2004, 22 morts, dont 18 Américains.

L’opération de Mossoul, dans laquelle 69 personnes ont été blessées, a été revendiquée par le groupe Ansar Al-Sunna, lié au réseau terroriste Al-Qaida. Parmi les blessés figurent deux Philippins, a indiqué, jeudi 23 décembre 2004, le ministère philippin des affaires étrangères. A la suite de l’attaque, 20 travailleurs civils philippins de la base ont demandé à regagner leur pays. Quatorze d’entre eux ont déjà été évacués.

Le chef d’état-major interarmées américain, Richard Myers, a estimé, mercredi 22 décembre 2004, qu’il s’agissait apparemment d’un attentat-suicide, alors que dans un premier temps les autorités américaines avaient parlé d’attaque à la roquette. "Les enquêteurs s’apprêtent à conclure leur examen sur les raisons de l’explosion. A ce stade, il semble qu’il s’agisse d’un engin explosif porté par un agresseur", a déclaré Richard Myers.

A Fallouja, peu d’habitants sur les 2000 prévus ont pu retourner dans la ville après le siège. A l’entrée de la cité, des habitants ont attendu à un point de contrôle de la garde nationale, et seuls une poignée d’entre eux ont été autorisés à y entrer en l’espace de trois heures.

Dans l’après-midi, trois marines ont été tués, cette fois dans la province d’Al-Anbar, a annoncé, jeudi 23 décembre, un porte-parole militaire. "Trois de nos marines ont été tués pendant leur service aujourd’hui dans la province d’Al-Anbar", a déclaré le lieutenant Lyle Gilbert. Ils ont été tués "pendant qu’ils menaient des opérations pour assurer la sécurité et la stabilité" dans cette province, a-t-il ajouté. Le lieutenant Gilbert a refusé de donner plus de précisions ou de dire si la mort des soldats était liée à une attaque lancée, jeudi 23 décembre 2004, par des résistants, contre les marines au nord de la ville de Fallouja, située dans le nord-est de la province d’Al-Anbar.

Avec AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source