retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire Lullier
© Le Matin Online, 5 février 2004

Affaire Hensler : Alors que la polémique sur les privilèges accordés aux magistrats fait rage, l’« accusé » sort de son silence

« Je me suis fait descendre »

par Michel NOVERRAZ


Vue de Genève

« Quand j’organise une réception dans ma villa, c’est ma femme qui fait la cuisine. Nous recevons comme ça plusieurs personnes par mois. Et même s’il y a du champagne à l’apéritif, je ne demande pas un sou aux pouvoirs publics. C’est moi qui paie. »

Robert Hensler


Pour « Le Matin », Robert Hensler sort de son silence et s’explique. Le chancelier de l’Etat de Genève est depuis lundi au centre de la polémique qui secoue la République. Une affaire qui le laisse plus qu’amer, presque anéanti : « Je suis profondément déçu, blessé et meurtri par l’attitude de certains médias. Je me suis fait descendre par une partie d’entre eux, notamment « Le Matin », qui ont traité ce dossier à charge. »

Robert Hensler ne nie pas avoir reçu des coups de main de stagiaires du Centre horticole de Lullier venus bichonner le jardin de sa villa. Ces travaux (185 heures en 2003, selon la direction de l’école) n’ont pas été facturés. Pour le chancelier et le gouvernement, ils n’avaient pas à l’être, puisqu’ils contribuent à l’ornement d’un lieu où sont accueillis de hauts personnages dans les règles protocolaires.

Mais est-ce bien le rôle d’un chancelier de recevoir chez lui ? « Pour les réceptions, dit-il, Genève dispose de structures. Mais elles sont parfois trop grandioses ou disproportionnées. C’est donc chez moi que je rends parfois les invitations qui me sont faites. Et ma maison n’a rien d’un palais des « Mille et une nuits ». Le jardin, lui, ne fait même pas 1000 m2 ! »

Le chancelier discret sur ses invités

Qui sont ces invités ? Impossible de le savoir. « Par égard pour eux, je ne citerai pas leurs noms, avance le chancelier. Mais il s’agit de gens issus des milieux diplomatiques, des organisations internationales, des grandes entreprises. Pour garder Telecom à Genève, par exemple, il faut entretenir des contacts en coulisses, discrets... Il faut penser aussi au rayonnement de ce canton. »

Pour le syndicaliste Rémy Pagani, qui a soulevé l’affaire des travaux de jardinage, les réceptions n’entrent pas dans les fonctions d’un chancelier. Il l’a écrit hier encore dans une lettre envoyée au Conseil d’Etat. Mais Robert Hensler, toujours dynamique et novateur, voit les choses autrement : « Le rôle d’un chancelier, aujourd’hui, n’a plus rien à voir avec celui de mes prédécesseurs. Je ne suis pas un gratte-papier enfermé dans son bureau. Moi, je développe de nouvelles technologies, je monte des opérations pour Genève. »

Michel NOVERRAZ

© Le Matin Online

Robert Hensler, em 2002, assistant à l’anniversaire de la doyenne du canton de Genève

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Michel NOVERRAZ

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source