retour article original

dimanche 23 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (13ème partie) : Décembre 2004
AP, 29 décembre 2004

Irak : La police visée par un nouvel attentat à Bagdad


BAGDAD (AP) - Comme prévu à l’approche des élections irakiennes du 30 janvier 2005, la guérilla accentue sa pression sur les forces de sécurité. Au moins vingt-neuf personnes, dont sept policiers, ont ainsi été tuées et 18 autres blessées, au cours de la nuit de mardi 28 décembre à mercredi 29 décembre 2004, dans un attentat-embuscade, dans l’ouest de Bagdad.


Les voitures de patrouille de la police avaient été dépêchées dans le quartier de Ghazaliya, après avoir reçu un appel anonyme concernant un bâtiment suspect, présenté comme pouvant abriter des résistants, a expliqué un policier. Selon lui, il s’agissait "évidemment d’une embuscade", l’explosion ayant apparemment été déclenchée à distance. La déflagration s’est en effet produite à l’intérieur, alors que les policiers s’apprêtaient à investir les lieux. Dix habitations voisines ont été détruites par le souffle et l’on craignait que plusieurs habitants soient prisonniers des décombres.

L’armée américaine a fait savoir, dans un communiqué, que 850 à 900 kilos d’explosifs avaient, semble-t-il, été utilisés pour cet attentat. De même source on ajoutait que des fouilles avaient lieu dans les ruines pour tenter de retrouver des survivants. D’après le général américain Jeffery Hammond, commandant en second de la 1e division de cavalerie qui contrôle Bagdad, le bâtiment était piégé. "Les insurgés n’ont aucun respect pour la vie et vont à l’encontre de l’Islam", a-t-il commenté. Il a ajouté que les forces américaines et irakiennes avaient lancé, mercredi 29 décembre 2004, une offensive dans le sud de Bagdad, dans le but de "capturer, arrêter ou tuer des insurgés".

La veille, les attentats à la voiture piégée, embuscades et autres assassinats avaient fait 54 morts, dont 31 policiers et un gouverneur de province, à Bagdad et dans le "triangle sunnite". Face à cette montée en puissance de la résistance, le ministère irakien de la Défense a annoncé, mercredi 29 décembre 2004, que la Garde nationale irakienne, corps paramilitaire particulièrement visé par les attentats, serait prochainement fondue au sein de l’armée régulière.

Parallèlement, le gouvernement intérimaire a annoncé la capture, le 23 décembre 2004, d’Abou Marouan, 33 ans, chef présumé du groupe terroriste Abou Talha, basé à Mossoul, dans le nord du pays, et affilié au réseau d’Abou Moussab Al-Zarqaoui.

Egalement dans le nord, des ouvriers creusant les fondations d’un nouvel hôpital, à Souleimaniyeh, ont mis au jour une fosse commune qui, selon Salah Rachid, ministre régional kurde chargé des droits de l’homme, pourrait contenir plusieurs centaines de corps. "Cette tombe remonte à 1991, lorsque le régime de Saddam Hussein a écrasé le soulèvement kurde", a-t-il déclaré sur place, affirmant que "des fosses communes comme celle-ci, il y en a partout au Kurdistan, notamment dans les zones qui étaient sous le contrôle du gouvernement irakien."

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source