retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 7 janvier 2005

France : Le parquet antiterroriste saisi après les menaces de l’Armée du Peuple Corse


PARIS (AFP) - Le parquet antiterroriste de Paris s’est saisi de l’enquête sur l’Armée du Peuple Corse (APC) qui a menacé, jeudi 6 janvier, dans un communiqué, de s’en prendre à un représentant de l’Etat en poste dans l’île, a indiqué, vendredi 7 janvier 2005, une source judiciaire.


L’enquête de flagrance a été confiée conjointement à la Division nationale antiterroriste (DNAT), à la Division interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Marseille et à la Division régionale de la police judiciaire (DRPJ) d’Ajaccio. Dans le texte authentifié parvenu au bureau de l’AFP à Marseille, l’Armée du Peuple Corse (APC), l’un des mouvements corses considérés comme parmi les plus dangereux, menace de "drames tels que celui qui s’abattra sur un représentant de l’occupant en poste sur l’île". L’APC annonce également des "actions radicales" dans "les jours à venir" et fait allusion à "une ligne militaire de plus en plus dure".

L’APC avait déjà menacé, le 22 novembre 2004, jour de la visite en Corse du ministre de la Justice, Dominique Perben, de frapper "dans un mois exactement (le 22 décembre 2004) "des cibles" déjà "verrouillées". Elle réclamait un rapprochement des détenus nationalistes et l’arrêt des poursuites contre les militants. Ce mouvement, qui s’était manifesté pour la première fois en juillet 2004, avait lancé le 14 novembre un "avertissement" à l’UMP, en revendiquant un attentat contre la mairie de Bordeaux. Auparavant, il avait déjà menacé les gendarmes, des élus corses, "tous les fonctionnaires de passage sur l’île" invités à partir, ainsi que les "réseaux de la grande distribution". Le groupe a également revendiqué un attentat à la roquette en mai 2004 contre la gendarmerie de Cauro (Corse-du-sud) et un autre contre l’inspection académique d’Ajaccio, en octobre 2004.

Selon certains enquêteurs, l’APC est une "équipe qui a quitté le FLNC-UC avec armes et bagages pour marquer sa désapprobation avec la politique de la trêve armée", décidée par ce mouvement le 14 novembre 2003.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source