retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (14ème partie) : Janvier 2005
AFP, 8 janvier 2005

Irak : Le Pentagone veut évaluer la stratégie militaire


BAGDAD (AFP) - Le Pentagone a annoncé l’envoi d’un émissaire en Irak pour évaluer la stratégie militaire américaine dans ce pays déchiré par la violence, alors que le président George W. Bush a réaffirmé la nécessité d’organiser les élections à la date prévue du 30 janvier 2005.


Samedi 8 janvier 2005, trois Irakiens ont été tués et plus de vingt autres blessés, dans deux attentats, dont un à la voiture piégée, au sud de Bagdad, où quatre responsables provinciaux ont été enlevés.

L’émissaire du secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, est le général à la retraite Gary Luck, a indiqué vendredi un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman. Il disposera d’une petite équipe d’experts. Leur première mission, a-t-il dit, sera "d’évaluer tous les aspects du développement des forces de sécurité irakiennes".

Selon le quotidien New York Times, le général à la retraite bénéficiera d’une "extraordinaire latitude" pour étudier tous les secteurs de l’opération en Irak, identifier toute faiblesse et en rendre compte dans quelques semaines dans un rapport confidentiel. Son examen pourra inclure le niveau des troupes américaines et les tactiques adoptées pour contrer les insurgés.

Selon un haut responsable militaire américain à Washington, les insurgés sont actuellement en mesure de fabriquer des engins piégés plus puissants. "Nous avons noté ces deux dernières semaines que les bombes artisanales fabriquées étaient plus puissantes", a déclaré le général David Rodriguez. Sept soldats américains avaient été tués à Bagdad, jeudi 6 janvier 2005, lorsqu’un engin piégé a explosé au passage de leur blindé.

Malgré la persistance de la violence, M. Bush a réaffirmé la nécessité d’organiser des élections à la date prévue. "Il y aura des élections le 30 janvier. Cela sera un moment historique", a déclaré M. Bush à la presse à la Maison Blanche. Il a indiqué que 14 des 18 provinces irakiennes "apparaissaient relativement calmes" mais que, dans les quatre autres, "les terroristes essaient d’empêcher les gens de voter".

Les critiques contre ce calendrier se font toutefois de plus en plus vives aux Etats-Unis, comme en témoigne l’avertissement lancé par Brent Scowcroft, ancien conseiller à la sécurité nationale du président George Bush (1989-1993). Pour lui, "les élections irakiennes, plutôt que de représenter le tournant attendu, pourraient aggraver le conflit".

Par ailleurs, le président français Jacques Chirac a "formellement" déconseillé l’envoi de journalistes français en Irak, après la disparition mercredi à Bagdad de l’envoyée spéciale du quotidien Libération, Florence Aubenas, et de son interprète irakien. Cette disparition provoque une forte inquiétude en France, quelques jours seulement après la libération, le 21 décembre, des deux journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot, retenus en otages durant quatre mois en Irak.

Au plan politique, le chef de la liste chiite, donnée favorite pour les élections, Abdel Aziz Hakim, a déclaré que la minorité sunnite devait être représentée dans le prochain gouvernement quel que soit le résultat du scrutin. "Que les sunnites aient peu ou beaucoup de sièges au prochain Parlement, nous aurons besoin de la participation de tous" au gouvernement, a déclaré le chef de la liste de la Coalition irakienne. Il s’agit de la prise de position la plus claire jamais formulée par un dirigeant chiite à ce sujet alors que les sunnites, minoritaires, ne montrent pas d’enthousiasme à participer aux élections.

Enfin, dans une base militaire du Texas (sud des Etats-Unis), le scandale d’Abou Ghraib a été évoqué lors de la comparution de l’un de ses principaux protagonistes, le soldat Charles Graner, devant une cour martiale. Charles Graner, 36 ans, risque plus de 17 ans de prison s’il est reconnu coupable d’avoir notamment maltraité des détenus irakiens, après la publication de photos le montrant posant auprès d’une pyramide de prisonniers dénudés.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source