retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AFP, 9 janvier 2005

Proche Orient : Les Palestiniens élisent le successeur de Yasser Arafat


Des affiches électorales, à Gaza City, le 31 décembre 2005

RAMALLAH (AFP) - Les Palestiniens votaient, dimanche 9 janvier 2005, pour élire le successeur de Yasser Arafat, décédé en novembre 2004, à la tête de l’Autorité palestinienne, une victoire du chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Mahmoud Abbas semblant acquise.

Scène de rue à Jebaliya, le 5 janvier 2005


Côté israélien, le Premier ministre israélien Ariel Sharon s’est dit prêt à rencontrer "le plus tôt possible" le nouveau président de l’Autorité palestinienne après l’élection, a déclaré un haut responsable israélien. Selon ce responsable, qui a requis l’anonymat, une telle rencontre "porterait avant tout sur les questions sécuritaires et sur la coordination sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne", en vue du retrait prévu israélien en 2005 de la bande de Gaza et de quatre colonies du nord de la Cisjordanie.

Des urnes électorales à Ramallah, le 6 janvier 2005

Les opérations de vote ont commencé, dimanche 9 janvier, à 07h00, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Elles s’achèveront à 19h00. Les résultats officiels doivent être communiqués lundi 10 janvier 2005.

Le Mur israélien au point de passage de Qalandiya, le 6 janvier 2005

Les premiers électeurs ont commencé à affluer, en dépit d’un froid soleil hivernal, vers le bureau de vote de la Mouqataa, le siège de l’Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie. A Gaza, des dizaines de personnes affluaient, dimanche 9 janvier 2005, vers une école pour déposer leur bulletin dans l’urne.

Un soldat israélien passe près du cadavre d’un résistant palestinien abattu à Ganei Tal, le 6 janvier 2005

Environ 1,8 million de Palestiniens âgés de plus de 18 ans ont le droit de participer à ce scrutin, selon des chiffres communiqués par la Commission électorale centrale (CEC) palestinienne. Le vainqueur de ce scrutin au suffrage universel sera élu pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois. La première élection présidentielle palestinienne avait vu l’arrivée au pouvoir de Yasser Arafat en 1996. Le déclenchement de l’Intifada en septembre 2000 avait empêché la tenue d’un nouveau scrutin.

Des soldats israéliens à Abu Dis, le 6 janvier 2005

M. Abbas, 69 ans, candidat du Fatah, est donné grand favori loin devant les six autres candidats en lice, notamment le candidat indépendant Moustapha Barghouthi, 51 ans. M. Abbas doit voter à la Mouqataa et son principal rival Moustapha Barghouthi dans une école de Ramallah.

Moustafa Barghouti

Enjeu de cette élection : la reprise des négociations de paix avec Israël, en sommeil depuis quatre ans, dans le cadre fixé par la Feuille de route, un plan de paix international de règlement du conflit qui prévoit la création d’un Etat palestinien cette année.

Des affiches électorales sur le Mur israéloen, à Abu Dis, le 7 janvier 2005

M. Abbas a d’ores et déjà fait valoir que s’il était élu, il "engagerait au plus vite des négociations avec Israël". Considéré comme un modéré, il a pris le risque de se mettre à dos les radicaux en appelant à la fin de l’Intifada armée. Les radicaux islamistes du Hamas et du Jihad islamique ont appelé au boycott de l’élection.

Mahmoud Abbas

Israël s’est engagé à faciliter le bon déroulement du scrutin par une présence militaire discrète et une plus grande liberté de circulation dans les territoires de Cisjordanie et de la bande de Gaza occupés depuis juin 1967, mais a averti qu’il pourrait reconsidérer ces mesures en cas de poursuite des violences, à la suite de la mort d’un soldat dans une embuscade, vendredi 7 janvier 2005, en Cisjordanie.

Préparation des urnes dans une école de Ramallah, le 8 janvier 2005

Dans un centre de vote installé dans une école de Ramallah, employés de la CEC et représentants des candidats en lice sont arrivés une vingtaine de minutes avant l’ouverture du scrutin. Une dizaine de policiers assurent la sécurité à l’entrée du centre. Saïd Najjar, un médecin, a été le premier à déposer son bulletin dans l’urne de cette établissement scolaire. "J’ai voté pour Abou Mazen (alias Mahmoud Abbas) parce qu’il va combattre la corruption", affirme-t-il. "J’espère qu’il va mettre en oeuvre des réformes et nommer les personnes les plus compétentes aux bons postes", ajoute-t-il.

Scène de rue à Abu Dis, le 8 janvier 2005

Un des bureaux de vote a été installé à la Mouqataa, l’ancien QG de Yasser Arafat, où il a été enterré. "Ce que nous voyons ici en Palestine, on ne peut le voir nulle part ailleurs dans le monde arabe", affirme fièrement l’un des électeurs, Mohammad Othmane, 36 ans. "J’espère que le nouveau président respectera son peuple et libérera la Palestine", ajoute-il.

Scène de rue à Rafah, le 8 janvier 2005

"Notre objectif est une participation de 80 % et en tous cas, pas moins de 75 %. Et si 80 % des électeurs potentiels participent, cela ne veut pas dire que les 20 % (restants) ont boycotté (le scrutin) car il y a des gens malades, à l’étranger ou en pèlerinage" à La Mecque (Arabie saoudite), confie Ziad Abou Ein, un responsable du Fatah.

Agence France Presse

Des Palestiniens font la queue pour voter à Nazlat, le 9 janvier 2005

Une Palestinienne vote, à Naplouse, le 9 janvier 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source