retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (14ème partie) : Janvier 2005
Reuters, AP, 10 janvier 2005

Irak : Londres envoie 400 soldats supplémentaires, tandis que l’Ukraine prépare le retrait de ses troupes d’occupation

par Matt SPETALNICK


BAGDAD (Reuters) - L’assassinat, lundi 10 janvier, du chef adjoint de la police de Bagdad, et l’attentat à la bombe qui a coûté la vie à deux soldats américains dans la capitale irakienne, témoignent de la persistance de la violence en Irak, à l’approche des élections nationales du 30 janvier 2005.


A moins de trois semaines du scrutin, les résistants poursuivent leur campagne d’intimidation, alors que le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a de nouveau assuré que les élections auraient lieu à la date prévue.

Deux soldats américains ont été tués et quatre autres blessés par l’explosion d’une bombe au passage de leur véhicule blindé, dans le sud-ouest de la capitale irakienne. Ces décès portent à 1067 le nombre de soldats américains morts "au combat" depuis l’invasion de l’Irak par les forces de la coalition en mars 2003.

Des hommes armés ont par ailleurs assassiné le chef adjoint de la police de Bagdad, Amer Nayef, et son fils alors qu’ils quittaient leur domicile dans le quartier sud de Dora, a déclaré la police.

Toujours à Bagdad, dans le quartier de Zaafaraniah, un kamikaze a fait exploser un véhicule de police devant un commissariat, tuant au moins trois Irakiens. La puissante déflagration a également blessé de nombreux policiers et le bilan des morts pourrait s’alourdir, a-t-on déclaré de source policière, en précisant que le kamikaze était au volant d’un véhicule de patrouille. L’Armée d’Ansar Al Sounna a revendiqué l’attentat, en affirmant viser "les apostats alliés aux forces croisées en Irak".

Renforts britanniques

C’est dans ce climat de violences persistantes que la Grande-Bretagne a annoncé, lundi 10 janvier 2005, l’envoi de 400 militaires de plus en Irak pour assurer la sécurité durant les élections. Le secrétaire à la Défense, Geoff Hoon, a précisé que ces renforts, un bataillon de Royal Highland Fusiliers, seraient prochainement à pied d’oeuvre pour "un laps de temps limité".

Alors que certains responsables de la minorité sunnite ont appelé au boycottage des élections, d’autres demandent un report du scrutin, affirmant que le climat de violence persistant dans leurs provinces dissuadera les électeurs d’aller voter et faussera les résultats en faveur de la majorité chiite.

Un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis a déclaré, lundi 10 janvier 2005, qu’un groupe d’imams sunnites avait rencontré un haut diplomate américain auquel ils auraient proposé de renoncer au boycottage des élections en échange d’un calendrier précis pour le retrait des troupes américaines d’Irak. Mais les chances de voir Washington fixer un tel programme de retrait pour ses 150000 hommes sont très minces. Un diplomate américain a déclaré qu’aucun calendrier à ce sujet ne pouvait être fourni.

"L’Etat mobilise tous ses moyens pour Florence Aubenas

Concernant la journaliste de Libération, Françoise Aubenas, disparue avec son interprète irakien depuis mercredi 5 janvier, le Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, a assuré, lundi 10 janvier 2005, que "l’Etat mobilisait tous ses moyens pour (la) retrouver". "Nous connaissons son courage. Nous rassemblons actuellement toutes les informations nécessaires à l’issue heureuse que nous souhaitons et que nous voulons tous", a déclaré le Premier ministre lors de ses voeux à la presse. "Nous ne souhaitons évidemment pas que des journalistes exposent leur vie, en particulier en Irak, même si je comprends votre volonté d’information qui honore votre métier et qui vous honore", a-t-il ajouté. "Mais mon devoir de Premier ministre est de prévenir de l’extrême chaos d’un pays dans lequel l’insécurité, évidemment, crée un danger extrême".

Enfin, la Corée du Sud a déclaré contacter toutes ses sources au Moyen-Orient pour vérifier les allégations selon lesquelles un ou deux de ses ressortissants pourraient avoir été enlevés en Irak.

Matt SPETALNICK

Le président sortant, Leonid Koutchma, veut retirer les troupes ukrainiennes d’Irak d’ici la fin juin 2005

KIEV, Ukraine (AP) - Le président sortant, Léonid Koutchma, a ordonné, lundi 10 janvier, aux ministres des Affaires étrangères et de la Défense, de mettre au point un projet destiné à retirer les troupes ukrainiennes d’Irak d’ici la fin juin 2005, a rapporté l’agence de presse russe Interfax. Le ministère des Affaires étrangères n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter l’information, mais un porte-parole du ministère de la Défense, Andriy Lysenko, a indiqué que "l’armée est prête à entamer le retrait à tout moment, lorsque nous aurons l’ordre du président".

Ces derniers mois, l’Ukraine avait déjà exprimé son intention de retirer ses troupes d’Irak, mais l’initiative de Léonid Koutchma semble indiquer une accélération du calendrier. Avec ses 1650 soldats, l’Ukraine dispose du quatrième contingent étranger en Irak.

Dimanche 9 janvier 2005, huit soldats ukrainiens ont été tués dans une explosion survenue dans un dépôt de munitions en Irak, mais la piste accidentelle est privilégiée sur celle de l’attaque ou de l’attentat.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Matt SPETALNICK

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source