retour article original

mardi 25 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
ATS, 11 janvier 2006

Côte d’Ivoire : L’Union africaine admet la possibilité d’un référendum


LIBREVILLE - Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine a admis, lundi 10 janvier 2005 au soir, à Libreville, la possibilité d’un référendum sur une réforme de la Constitution en Côte d’Ivoire. Il a ainsi fait un pas en direction du président Laurent Gbagbo.


Le Conseil de paix et de sécurité était réuni pour la première fois au niveau des chefs d’Etat. Il a admis qu’un référendum pour modifier l’article 35 de la Constitution ivoirienne sur les conditions d’éligibilité à la présidence est « une des options » ouvertes au président Gbagbo, a indiqué à la presse le commissaire chargé de la paix et la sécurité à l’Union africaine, Saïd Djinnit, après la cérémonie de clôture.

Le sommet s’est ouvert, lundi 10 janvier au matin, en présence d’une quinzaine de chefs d’Etat, parmi lesquels les présidents ivoirien Laurent Gbagbo, congolais Joseph Kabila, rwandais Paul Kagamé et sud-africain Thabo Mbeki. Il devait se terminer mardi 11 janvier 2005, mais a épuisé son ordre du jour en une seule et longue journée de travaux.

Le Conseil de paix et de sécurité a estimé que « le recours au référendum est une des options auxquelles le président Gbagbo pourrait avoir recours (...) s’il est organisé dans l’esprit (des accords) de Marcoussis », a déclaré M. Djinnit sans autre précision. La réforme de la Constitution, une fois adoptée, permettrait au principal opposant au régime Gbagbo, l’ex-Premier ministre Alassane Ouattara, de se présenter à la magistrature suprême.

Les adversaires de M. Gbagbo l’accusent de vouloir bloquer cette réforme cruciale, exigée par les accords de Marcoussis, en imposant un référendum. Celui-ci serait difficile à organiser dans un pays coupé en deux depuis la rébellion de 2002. Cependant, selon le chef de l’Etat ivoirien, la Constitution impose ce référendum.

Le Conseil de paix et de sécurité a aussi adopté une résolution sur le Darfour. Il a estimé que le récent accord signé entre les belligérants du Sud-Soudan, la plus ancienne guerre du continent, pourrait « servir de cadre » pour mettre fin au conflit qui oppose depuis février 2003 Khartoum à des rébellions dans cette région de l’ouest soudanais.

Agence télégraphique suisse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source