retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Irak
AP, 15 janvier 2005

Corruption : Les Etats-Unis sont accusés à l’ONU de gestion déloyale des revenus du pétrole en Irak


Le Conseil de sécurité de l’ONU

NATIONS UNIES (AP) - Critique virulent de la gestion du programme « pétrole contre nourriture » de l’ONU en Irak, faisant l’objet d’accusations de corruption, Washington a dû se défendre à son tour, vendredi 14 janvier 2005, sur sa gestion des revenus du pétrole irakien depuis le début de la guerre, après qu’à la demande de la France, un rapport accablant sur les méthodes américaines eut été évoqué devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

Irak


La France a demandé à ce que le Conseil de sécurité de l’ONU soit mis au courant des détails d’un rapport critique, réalisé, en décembre 2004, par des auditeurs internationaux qui devaient contrôler les opérations du Fonds de développement de l’Irak. Ce Fonds, mis en place après l’invasion de l’Irak et géré par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, était chargé de recevoir les revenus du pétrole irakien ainsi que les avoirs gelés des membres du régime de Saddam Hussein. Or le rapport des auditeurs du comité international de conseil et de contrôle (International Advisory and Monitoring Board) fait état de nombreuses irrégularités et accuse les ex-administrateurs américains de l’Irak et l’actuel gouvernement provisoire irakien, d’avoir mal géré le pétrole irakien.

Un pipeline saboté par la résistance irakienne, à Al-Mishahdah, le 22 juin 2004

Ce document évoque tour à tour des fraudes, des dépenses inadéquates, un contrôle insuffisant sur les exportations en pétrole de l’Irak, et un contrat d’une valeur d’au moins 812 millions de dollars (620 millions d’euros) signé sans appel d’offres.

Un puits de pétrole saboté par la résistance irakienne, à Baji, le 14 janvier 2005

Lors de la réunion à huis-clos du Conseil de sécurité, vendredi 14 janvier 2005, Jean-Pierre Halbwachs, le contrôleur onusien qui représente les Nations Unies, a fait état de ses recherches sur les opérations du Fonds et les 15 membres du Conseil de sécurité ont pu ensuite commenter son rapport et poser des questions. « A un moment où il y a beaucoup de critiques (...) cela montre à quel point c’est compliqué de gérer cet énorme programme », a déclaré l’ambassadeur de la France à l’ONU, Jean-Marc de La Sablière. « Et la conclusion que j’en tire, c’est que la transparence est nécessaire, et parfois un peu de modestie dans les critiques également », a-t-il ajouté.

Associated Press

Jean-Marc de la Sablière

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source