retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AFP, 15 janvier 2005

Proche Orient : Mahmoud Abbas veut une paix négociée, la violence fait rage


Des soldats israliens tirent du gaz lacrymogène contre des manifestants palestiniens, à Karawat Beni Zeit, le 12 janvier 2005

RAMALLAH (Cisjordanie) (AFP) - Mahmoud Abbas, intronisé, samedi 15 janvier 2005, président de l’Autorité palestinienne, a prôné la paix avec Israël, alors que des affrontements sanglants avec l’armée israélienne se produisaient à nouveau dans la bande de Gaza.

Mahmoud Abbas


Dans ce territoire, que le gouvernement israélien entend évacuer en juin 2005, sept Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, au surlendemain d’une attaque palestinienne qui a coûté la vie à six civils israéliens au point de passage de Karni, entre la bande de Gaza et Israël.

Des bulldozers et des soldats israéliens, à Morag, le 13 janvier 2005

"Nous resterons engagés vis-à-vis du choix stratégique de l’OLP : le choix de parvenir à une paix juste et de réaliser nos objectifs nationaux par des négociations", a affirmé Mahmoud Abbas. Il a prêté serment en posant une main sur le Coran, devant le Conseil législatif palestinien (CLP-Parlement) à Ramallah, en Cisjordanie, moins d’une semaine après avoir remporté haut la main l’élection présidentielle, un scrutin qui avait réveillé des espoirs d’un règlement négocié.

Des soldats israéliens et des ambulances, au point de passage de Karni, le 13 janvier 2005

"La paix peut seulement être obtenue en travaillant ensemble pour parvenir à une solution pour un statut permanent qui traite avec les questions en suspens et qui permettra d’ouvrir une nouvelle page sur la base de deux Etats voisins", a dit Mahmoud Abbas. Il a réaffirmé son engagement à l’égard de la "Feuille de route", un plan de paix pour une solution négociée au conflit, qui prévoit la fin de la colonisation et la création d’un Etat palestinien.

Evacuation d’un soldat israélien blessé dans l’attentat du point de passage de Karni, le 13 janvier 2005

M. Abbas a par ailleurs juré de "défendre les intérêts du peuple palestinien" et annoncé qu’il reconduisait Ahmad Qoreï au poste de Premier ministre, en vue de la formation d’un nouveau gouvernement. "Nous cherchons à parvenir à un cessez-le-feu mutuel pour mettre fin à ce cercle vicieux" de violence, a souligné M. Abbas.

Ahmed Qorei

Le Hamas, le plus important mouvement islamique palestinien n’a pas écarté un tel cessez-le-feu mais exigé qu’Israël mette mis fin à ses "agressions". "Cette question (d’un cessez-le-feu) ne devrait être soulevée avec l’ennemi israélien que lorsqu’il aura mis fin à ses agressions. Le peuple palestinien pourra alors examiner ses choix et décider si c’est de son intérêt", a déclaré le porte parole du Hamas Sami Abou Zahri. Mais une trêve paraissait plus éloignée que jamais après l’attaque de Karni menée par le Hamas et des groupes armés liés au Fatah, le mouvement de Mahmoud Abbas.

Un blindé israélien au point de passage de Karni, le 14 janvier 2005

En réaction, Israël a gelé les contacts avec l’Autorité palestinienne, fermé jusqu’à nouvel ordre tous les passages frontaliers vers la bande de Gaza et donné carte blanche à l’armée pour la reprise des opérations offensives. Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a décidé en particulier de suspendre des préparatifs pour une éventuelle rencontre avec M. Abbas.

Des résistants palestiniens à Beit Lahiya, le 14 janvier 2005

Samedi 15 janvier 2005, l’armée a mené une vaste incursion dans la ville de Gaza, qui a coûté la vie à cinq Palestiniens, civils ou combattants, et en a blessé sept autres, dont une fillette de six ans, selon des sources médicales. Cette incursion, selon un porte-parole militaire, a pour but de stopper les tirs de mortiers et roquettes.

Des résistants palestiniens à Beit Lahiya, le 14 janvier 2005

A Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, deux Palestiniens ont été tués et cinq blessés, dont deux grièvement, par des tirs israéliens en direction de jeunes qui s’étaient approchés d’une position israélienne.

Evacuation d’un jeune palestinien tué par l’armée israélienne, à Rafah, le 15 janvier 2005

Par ailleurs, deux enfants d’une implantation israélienne ont été blessés, l’un d’eux âgé de sept ans perdant une main, par l’explosion d’une roquette tirée par des Palestiniens contre la colonie de Netzarim, dans le nord de la bande de Gaza.

Un résistant palestinien à Gaza City, le 15 janvier 2005

Une autre roquette s’abattant sur la ville israélienne de Sdérot, près de la bande de Gaza, a grièvement blessé une Israélienne, selon des sources médicales.

Des résistans palestiniens s’apprêtent à installer un engin explosif, pendant une incursion israélienne, à Gaza City, le 15 janvier 2005

Ces décès portent à 4703 le nombre de personnes tuées depuis le début de l’Intifada en septembre 2000, dont 3649 Palestiniens et 979 Israéliens.

Agence France Presse

Un résistant palestinien met en place un engin explosif, pendant une incursion israélienne, à Gaza City, le 15 janvier 2005

Un policier palestinien dont le frère, également policier, a été tué par l’armée israélienne, à Gaza City, le 15 janvier 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source