retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie L’affaire Parmalat
AFP, 15 janvier 2005

Corruption : L’ex-patron de Parmalat, Calisto Tanzi, demande pardon aux épargnants lésés


Vue de Parma

Calisto Tanzi, ex-patron du géant agroalimentaire italien Parmalat, au centre d’un immense scandale financier après la découverte d’un trou de plus de 14 milliards d’euros, a demandé, samedi 15 janvier 2005, pardon aux épargnants lésés.

Italia


"Je demande pardon à tous ceux qui, pour des agissements que j’ai eus dans la tentative de réaliser un rêve et un projet industriel, ont souffert et subi des dommages", affirme M. Tanzi dans une déclaration écrite lue par un de ses avocats, Giampiero Biancolella, à l’issue d’un interrogatoire, à Parme, où se trouve le siège social de Parmalat. M. Tanzi "est parfaitement conscient que le pardon ne peut avoir qu’une valeur morale et il est prêt à reconnaître ses propres responsabilités et à en subir les conséquences", a poursuivi son avocat. "Il retient donc que son devoir est de collaborer pleinement avec la magistrature pour reconstruire" l’historique de l’affaire et de la débâcle de Parmalat, ainsi que "de fournir les éléments permettant d’identifier les sujets qui peuvent fournir leur contribution à la reconstruction des faits", a poursuivi Me Biancolella.

Calisto Tanzi

Plusieurs membres de la famille de M. Tanzi était impliqués dans la gestion du groupe et le soupçon pèse également sur de nombreuses banques, italiennes et étrangères, d’avoir été au courant de l’état réel des finances de Parmalat, mais de l’avoir caché aux épargnants pour récupérer leurs investissements.

Quelque 135000 personnes ont été victimes de la débâcle du groupe italien dans l’un des plus grands scandales financiers européens de l’après-guerre et de nombreux petits épargnants ont été complètement ruinés dans cette affaire. Le gouvernement italien a nommé il y a un an un commissaire extraordinaire, Enrico Bondi, pour sauver l’outil industriel. M. Bondi a vendu de nombreuses filiales de Parmalat et il a engagé des actions judiciaires contre 80 établissements financiers, dont de grands établissements internationaux comme UBS, CSFB, Deutsche Bank ou Bank of America. Deux procédures judiciaires sont en cours, l’une à Parme et l’autre à Milan, où le groupe était côté en bourse.

Enrico Bondi

Vingt-neuf personnes physiques, dont M. Tanzi, et trois personnes morales comparaissent devant le tribunal de Milan, dans le cadre d’une enquête pour "manipulation des cours de Bourse, faux bilans et entrave à la surveillance de l’autorité boursière Consob". L’enquête à Parme n’a toujours pas abouti à une procédure judiciaire.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source