retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (14ème partie) : Janvier 2005
AFP, 19 janvier 2005

Irak : Un soldat britannique plaide coupable pour des mauvais traitements contre des prisonniers


OSNABRUECK (Allemagne) (AFP) - Un soldat britannique a plaidé coupable d’agression sur des détenus en 2003 en Irak, mardi 18 janvier 2005, à l’ouverture de son procès devant une cour martiale britannique à Osnabrueck (nord de l’Allemagne), où il est accusé, avec deux autres soldats, de mauvais traitements infligés à des prisonniers.


"Le camp des brutes", "Images choquantes", "La honte de la Grande-Bretagne" : la presse anglaise était unanime, mercredi 19 janvier 2005, à se déclarer choquée en publiant les images de soldats britanniques maltraitant des prisonniers irakiens. "Barbare, brutal... britannique". Le Sun (conservateur), quotidien le plus vendu au Royaume-Uni avec quelque 3,5 millions d’exemplaires, consacrait ses 5 premières pages aux images des abus commis sur des prisonniers irakiens.

"Le pays se pose une question aujourd’hui : comment l’armée britannique a-t-elle laissé des choses aussi terribles se produire ?", demandait l’éditorialiste du journal.

Le caporal Daniel Kenyon et les caporaux en chef Darren Larkin et Mark Cooley sont accusés d’avoir agressé des civils irakiens détenus et de les avoir forcés à simuler des actes sexuels, dans un hangar à Bassorah, région où est stationné l’essentiel des forces britanniques en Irak. Au total, neuf chefs d’accusation ont été retenus contre les trois membres du Régiment royal des fusiliers.

Devant la cour martiale, composée du juge et d’un jury de sept membres, Larkin, 3O ans, a plaidé coupable d’avoir agressé un homme. Mais il s’est déclaré innocent d’une deuxième accusation, celle d’avoir eu une attitude indécente. "Larkin a honte de sa conduite inacceptable, il a conscience qu’il a sali la réputation de sa famille et de son régiment", a fait valoir son avocat, Me William England. Pour leur part, les deux autres accusés, Kenyon, 33 ans et Cooley, 25 ans, ont clamé leur innocence.

A Londres, le chef d’état-major de l’armée britannique, Mike Jackson, a condamné dans une déclaration de presse "tous les actes d’abus" sur des prisonniers commis par des militaires, tout en relevant que ces cas étaient rares dans l’armée britannique. "Nous allons bien entendu étudier l’issue (de ce procès) et juger s’il soulève de nouvelles questions pour l’armée", a-t-il assuré.

Les accusés d’Osnabrueck ont, selon l’accusation, infligé leurs mauvais traitements autour du 15 mai 2003 dans un entrepôt de nourriture connu sous le nom de "bread basket" ("corbeille à pain"), situé à la périphérie du grand port à majorité chiite. Les soldats avaient été dépêchés sur les lieux pour empêcher des pillards de dérober l’aide alimentaire.

Au cours de cette première journée, le juge Michael Hunter a ordonné la mise à disposition des médias de 22 photographies prises par des soldats britanniques, à la condition que les visages des personnes non impliquées dans le procès soient cachés. "Ce que ces photos montrent n’est rien d’autre que choquant et effroyable", a déploré le procureur, le lieutenant colonel Nick Clapham, tout en appelant le jury à aborder les clichés "avec une attitude d’objectivité clinique".

Parmi ces photographies, qui constituent la pièce-clé du dossier à charge, l’une montre Larkin debout sur le corps d’un homme attaché, une autre montre Cooley manoeuvrant une plateforme élévatrice sur laquelle est lié un Irakien. Selon le procureur, Cooley a déclaré aux enquêteurs qu’il voulait juste "le mettre à l’abri du soleil". D’autres clichés montrent deux Irakiens forcés de simuler des rapports sexuels anaux et oraux, ainsi qu’un homme au sol, les yeux bandés et pris dans un filet tandis qu’un soldat menace de le frapper.

Pour chacune des charges pesant contre eux, les trois accusés sont passibles d’une peine de prison de deux ans maximum et d’un renvoi de l’armée pour déshonneur. Le procès, qui devrait durer trois à quatre semaines, est ouvert au public et le jugement est susceptible d’appel.

Un autre militaire appartenant au même régiment, Gary Bartlam, a été jugé, la semaine dernière, par une cour martiale à Hohne pour avoir maltraité des détenus irakiens, mais le juge Michael Hunter a interdit la publication des audiences et de la décision. Gary Bartlam est l’un des auteurs des photographies, qui furent dévoilées grâce à la collaboration d’un magasin de développement où Bartlam avait déposé ses négatifs, en Angleterre.

Ce procès en cour martiale a démarré trois jours seulement après qu’un caporal américain de 36 ans, Charles Graner, eut été condamné à dix ans de prison pour sa participation aux mauvais traitements à la prison d’Abou Ghraib près de Bagdad.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source