retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 20 janvier 2005

L’Iran "assez fort" pour se défendre contre les Etats-Unis


Le président iranien, Mohammad Khatami, a affirmé, jeudi 20 janvier 2005, à Kampala, que son pays était "assez fort" pour se défendre en cas d’attaque des Etats-Unis, qui accusent Téhéran de mettre secrètement au point l’arme atomique.


"Si un pays essaie d’envahir notre pays, nous sommes assez forts pour nous défendre", a déclaré M. Khatami lors d’une conférence de presse à Kampala avec son homologue ougandais Yoweri Museveni. "Personne ne tirera profit d’une attaque de notre pays, y compris les Etats-Unis ou d’autres", a-t-il ajouté, lors de la dernière étape de sa tournée africaine.

M. Khatami a affirmé que l’Iran ne cherchait pas le conflit avec quelque pays que ce soit et a suggéré que les Etats-Unis concentrent leur énergie à se retirer d’Irak. "Je pense que les Etats-Unis feraient un super travail s’ils essayaient d’éteindre le feu qui a été allumé en Irak", a déclaré M. Khatami. "Ils ont créé un terrain fertile pour nourrir les terroristes en Irak, afin qu’ils prennent leur revanche sur le peuple irakien innocent", a-t-il ajouté. "Les Etats-Unis ont été suffisamment arrogants pour penser qu’ils pourraient tout faire en occupant des pays", a-t-il poursuivi, estimant que "les Etats-Unis ont montré à plusieurs reprises qu’ils ne sont pas assez sages pour penser à l’avenir ou aux implications de leur action". Le président iranien a affirmé que son pays n’était "pas triste" de la chute du régime irakien de Saddam Hussein, mais il a estimé que les Américains "auraient pu changer la situation en Irak d’une autre manière avec plus de considération humanitaire".

Lundi 17 janvier 2005, M. Bush avait déclaré qu’il n’écartait pas une action militaire contre l’Iran, si les Etats-Unis échouaient à persuader ce pays d’arrêter immédiatement la fabrication encore non avérée d’armes nucléaires. Selon le magazine New Yorker cette semaine, des commandos américains opèrent à l’intérieur de l’Iran depuis la mi-2004, afin d’y repérer des sites d’armes présumés pour d’éventuelles frappes aériennes. Le Pentagone a torpillé l’article en disant qu’il était "criblé d’erreurs".

La secrétaire d’Etat américaine désignée, Condoleezza Rice, avait promis, mardi 18 janvier 2005, une politique étrangère sans complaisance pour les "postes avancés de la tyrannie", à savoir six pays dont l’Iran.

L’Ouganda est la dernière étape de la tournée africaine du président iranien, qui l’a conduit dans sept pays (Sénégal, Sierra Leone, Mali, Bénin, Nigeria, Zimbabwe et Ouganda). Téhéran et Kampala ont signé, jeudi 20 janvier 2005, plusieurs accords de coopération, dont l’un qui prévoit la construction d’une usine d’assemblage de tracteurs en Ouganda. M. Khatami doit quitter l’Ouganda jeudi 20 janvier 2005.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source