retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AP, 21 janvier 2005

Proche Orient : Espoir de trêve après les discussions entre l’Autorité palestinienne et les groupes résistants


Les forces de sécurité palestiniennes se déploient dans la bande de Gaza, afin d’empêcher des tirs de roquettes contre les Israéliens, le 21 janvier 2005

GAZA (AP) - Après plus de quatre années de conflit, deux avancées majeures ont suscité, vendredi 21 janvier 2005, l’espoir d’une trêve au Proche-Orient : le déploiement de milliers de policiers palestiniens en armes le long de la frontière entre la Bande de Gaza et Israël, et l’annonce par le Hamas de la suspension de ses attaques à la roquette contre Israël.

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 21 janvier 2005


Autre signe encourageant, un haut responsable palestinien a fait savoir, vendredi 21 janvier au soir, que l’Egypte devrait accueillir, dans les prochains jours, après la fête de l’Aïd al-Adha qui s’achève dimanche 23 janvier 2005, une rencontre de "haut niveau" entre représentants de l’Autorité palestinienne et du Hamas afin de finaliser un accord de cessez-le-feu. Le responsable palestinien s’exprimait sous couvert de l’anonymat, à l’issue d’une deuxième série de pourparlers entre Mahmoud Abbas et les dirigeants du mouvement islamiste à Gaza. Sans dévoiler la teneur de ces échanges, il a simplement indiqué que les discussions évoluaient "dans une direction positive".

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 21 janvier 2005

Présent à Gaza depuis mardi 18 janvier 2005 au soir, le nouveau président de l’Autorité palestinienne a négocié avec le Hamas et le Djihad islamique, les deux factions palestiniennes les plus radicales, pour tenter de leur arracher une trêve plutôt que de mener des opérations répressives, comme le réclamait l’Etat hébreu. Un tel cessez-le-feu permettrait de suspendre les violences entre Palestiniens et Israéliens, et de reprendre les discussions de paix aujourd’hui dans l’impasse.

Mahmoud Abbas

Reste que cet espoir demeure fragile, des négociations semblables ayant échoué par le passé. Le vice-ministre israélien de la Défense, Zeev Boim, a ainsi averti que son pays répondrait avec "grande force" à une reprise des tirs de roquettes sur son territoire. Ses propos une pris toute leur dimension avec la mort, vendredi 21 janvier 2005, d’une jeune Israélienne de 17 ans, grièvement blessée la semaine dernière dans une attaque à la roquette.

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 21 janvier 2005

Le Hamas, qui n’a plus tiré de roquettes depuis mercredi 19 janvier 2005, a affirmé qu’il suspendait ses attaques pendant la durée des négociations. "On ne peut négocier et tirer en même temps des roquettes. Cela ne fonctionne tout simplement pas", a déclaré le porte-parole du mouvement islamiste, Mouchir Al-Masri.

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 21 janvier 2005

Mouchir Al-Masri a d’autre part confirmé qu’une plateforme était en cours d’élaboration par les différentes parties. Ce document, destiné à conférer un mandat plus large à Mahmoud Abbas en vue d’éventuelles discussions avec israël, préconise notamment la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie, dans la Bande de Gaza et à Jérusalem-Est.

Des policiers palestiniens inspectent un taxi, près du point de passage israélien d’Erez, le 21 janvier 2005

Parallèlement, quelque 3000 membres des forces de sécurité palestiniennes doivent prendre position dans le nord de la Bande de Gaza d’ici dimanche 23 janvier 2005. Au cours du week-end, des troupes devraient également se déployer dans la partie sud. A Gaza, le Conseil de sécurité national s’est réuni pour superviser le déploiement. Le ministre palestinien Saeb Erekat a précisé que des efforts importants étaient mis en oeuvre pour mener à bien l’"obligation de cesser les violences contre les Israéliens". "Nous exhortons la partie israélienne à retourner à la table des négociations, afin que nous puissions avoir une déclaration de cessez-le-feu mutuel", a-t-il ajouté.

Des Palestiniens au poste de frontière de Rafah, le 21 janvier 2005

De son côté, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a adressé un message à Mahmoud Abbas et à son homologue palestinien Ahmed Qoreï pour marquer l’Aïd Al-Adha (la fête musulmane du sacrifice), qui a débuté jeudi 20 janvier 2005. Il écrit qu’il souhaite que la région entière jouisse de la paix et de la prospérité, selon Saeb Erekat. Le président palestinien lui a répondu que les deux camps devaient travailler ensemble pour parvenir à un accord de paix.

Des Palestiniens au poste de frontière de Rafah, le 21 janvier 2005

Autre signe d’un apaisement des tensions, l’armée israélienne a rouvert, vendredi 21 janvier 2005, le point de passage de Rafah, entre la Bande de Gaza et l’Egypte, fermé depuis l’attentat palestinien qui avait coûté la vie à cinq soldats, le 12 décembre 2004. Tsahal a précisé que cette réouverture -dans un seul sens, dans un premier temps- était destinée à faciliter le retour des fidèles palestiniens du pèlerinage musulman à La Mecque.

Associated Press

Un soldat israélien à Mefalsim, le 21 janvier 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source