retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AFP, 22 janvier 2005

Proche-Orient : Trois groupes palestiniens prêts à une trêve conditionnelle avec Israël


Un blindé israélien à Gush Katif, le 19 janvier 2005

GAZA (AFP) - Trois groupes armés palestiniens se sont déclarés prêts, samedi 22 janvier 2005, à un cessez-le feu conditionnel avec Israël, dont les termes restent encore à négocier, à l’issue d’entretiens, à Gaza, avec le le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Des blindés israéliens à Gush Katif, le 19 janvier 2005


Dans un communiqué publié à Gaza, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, groupe armé lié au Fatah de M. Abbas, se disent prêtes à un cessez-le-feu, si le gouvernement israélien annonce l’arrêt des opérations militaires, de la politique d’assassinats ciblés et la libération des détenus palestiniens, selon un calendrier préalable. "Nous sommes prêts à un cessez-le-feu mutuel et à réviser les moyens de résistance dans l’intérêt de notre peuple", affirme le groupe armé dans un communiqué lu lors d’une conférence de presse à Gaza par le porte-parole des Brigades, Abou Ibrahim. De son côté, "le gouvernement de l’ennemi (Israël) doit annoncer un arrêt immédiat de ses opérations militaires contre notre peuple et notre terre, y compris les assassinats, la libération des prisonniers et le démantèlement des barrages en Cisjordanie et dans la bande de Gaza", ajoute le texte. "Le gouvernement de l’ennemi doit également annoncer qu’il est prêt à retirer toutes ses troupes immédiatement de toutes les zones palestiniennes pour ouvrir la voie à un retour à la table des négociations", selon le texte signé des "groupes du martyr Ayman Joudeh". Ces groupes sont les plus importants et plus représentatifs au sein des Brigades en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et leur position est déterminante au sein des Brigades.

Des résistants palestiniens à Gaza, le 22 janvier 2005

"Nous avons examiné (avec M. Abbas) tous les problèmes, y compris l’idée d’un cessez-le-feu avec Israël, et nous indiquons que ce cessez-le-feu doit être mutuel et qu’Israël doit stopper ses agressions", a de son côté indiqué aux journalistes un des chefs du FDLP, Salah Zidane. "Nous sommes convenus de poursuivre (avec M. Abbas) le dialogue national et de chercher à mettre fin à l’occupatation (israélienne) par la voie politique", a-t-il ajouté.

Des jeunes palestiniens lancent des pierres contre des véhicules militaires israéliens, à Naplouse, le 17 janvier 2005

Un peu plus nuancé, un des chefs du FPLP, Kaïd Al-Ghoul, a de son côté affirmé aux journalistes être prêt à continuer de discuter d’un cessez-le-feu conditionnel avec Israël. "Nous réaffirmons le droit des Palestiniens à la résistance contre l’occupation et soulignons que l’intérêt des Palestiniens est le respect (par Israël) du droit international, mais nous indiquons aussi que la question d’un cessez-le-feu (avec Israël) a été abordée durant nos entretiens avec M. Abbas et que la poursuite du dialogue national inter-palestinien est une nécessité", a-t-il déclaré.

Des policiers palestiniens déployés pour empêcher les tirs de roquettes contre les colonies israéliennes, dans la bande de Gaza, le 21 janvier 2005

Ces prises de positions ont été annoncées alors que M. Abbas doit encore notamment rencontrer les responsables du mouvement islamiste Hamas pour les rallier à une trêve dans les attaques contre Israël. Les forces de police palestiniennes continuent, à cet effet, leur déploiement aux limites extérieures de la bande de Gaza. Ces mesures, concertées avec Israël, visent également à prévenir une offensive dont Israël a brandi la menace en cas de reprise des attaques, bien qu’une trêve de facto règne toutefois sur le terrain, depuis jeudi 20 janvier 2005.

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 22 janvier 2005

M. Abbas s’est par ailleurs entretenu, vendredi 21 janvier 2005, à huis clos, avec les responsables du Jihad islamique et ceux des Comités de résistance populaire qui regroupent, dans la bande de Gaza, les principaux mouvements palestiniens. Ces derniers ont réservé leur réponse sur une trêve, tandis que le Jihad laissait entendre qu’Israël aurait à assumer une contrepartie.

Mahmoud Abbas (à droite de l’image), à Gaza City, le 22 janvier 2005

Les Etats-Unis se sont déclarés, vendredi 21 janvier 2005, "encouragés" par les mesures sécuritaires prises par M. Abbas en concertation avec Israël.

Agence France Presse

Des policiers palestiniens à Beit Lahiya, le 22 janvier 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source