retour article original

vendredi 18 avril 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
Le Monde, 22 janvier 2005

Proche Orient : Comment le gouvernement israélien organise la spoliation des Palestiniens

par Gilles PARIS


Vue de Jérusalem

Selon le quotidien "Haaretz", le gouvernement Sharon a remis au goût du jour un texte de 1950 concernant les biens des Palestiniens.

Adoptée le 8 juillet 2004, la décision du gouvernement israélien n’a fait l’objet d’aucune publicité.

Ariel Sharon


Selon le quotidien israélien Haaretz, qui a révélé l’affaire, le vendredi 21 janvier, dans son magazine de fin de semaine, des terres et des biens immobiliers situés dans la partie orientale de Jérusalem et appartenant à des Palestiniens résidant en Cisjordanie ont été massivement confisqués par Israël, en vertu d’une loi ancienne qui permet à l’Etat de se dispenser par ailleurs de verser la moindre compensation financière. Dans un éditorial particulièrement sévère, Haaretz a condamné, vendredi 21 janvier 2005. une mesure "injuste" qu’il assimile à un "vol" et à "la pire des stupidités". Le quotidien israélien s’étonne également qu’une telle décision ait été prise par le premier ministre, Ariel Sharon, alors que ce dernier a officiellement "reconnu la nécessité de diviser cette terre entre deux nations".

Vue de Jérusalem

Tout est parti, selon le journaliste Meron Rapaport, l’auteur de l’enquête, de la construction de la "clôture de sécurité", décidée officiellement pour prévenir les infiltrations d’activistes palestiniens en Israël. Cette clôture, qui dans certains quartiers de Jérusalem se transforme en mur de béton de 8 mètres de haut, enveloppe la ville sainte parfois au-delà des frontières municipales, déjà particulièrement étendues, tracées par Israël après l’annexion unilatérale de la partie orientale de Jérusalem après la guerre de 1967.

Vue de Jérusalem

Propriétaires "absents"

De très nombreux propriétaires palestiniens résidant en Cisjordanie se sont retrouvés coupés de leurs biens, situés de l’autre côté de ce tracé. Après avoir tout d’abord espéré pouvoir disposer de permis leur permettant d’accéder à leurs terres ou à leurs maisons, ces propriétaires ont découvert avec stupéfaction qu’ils avaient été déclarés "absents" par les autorités israéliennes, qui pouvaient, du fait d’une loi adoptée en 1950, confisquer leurs biens sans avoir à offrir le moindre dédommagement.

Le Mur israélien à Abu Dis, le 9 juillet 2004

La loi de 1950 avait permis à l’époque à Israël de prendre le contrôle des terres et des biens laissés par les réfugiés palestiniens qui avaient quitté le pays au moment de la guerre de 1948. Cette loi aurait pu s’appliquer à la partie orientale de Jérusalem dès son annexion, pour les possessions de personnes résidant en Cisjordanie. Mais les plus hautes autorités de l’époque, à commencer par le procureur général de l’Etat, selon Haaretz, s’y étaient opposées du fait du caractère particulièrement léonin des confiscations qu’elle aurait permis. C’est cette loi qui a été remise au goût du jour, le 8 juillet 2004, avec l’aval de l’actuel procureur général, également conseiller juridique du gouvernement, Menahem Mazuz.

Le mur des lamentations, à Jérusalem, le 27 juillet 2004

Les propriétaires déclarés "absents" sont pourtant parfaitement identifiés, disposent de titres de propriété légaux et vivent parfois à proximité des biens confisqués. Selon l’ancien adjoint au maire de Jérusalem cité par Haaretz, Meron Benvenisti, "la moitié des propriétés de Jérusalem-Est pourraient être concernées". Ces confiscations s’intégreraient, selon Haaretz, dans le projet ancien qui consiste à ceinturer la partie orientale de Jérusalem de colonies israéliennes, pour la couper de la Cisjordanie et de l’agglomération de Bethléem, et à établir une continuité avec les colonies du Goush Etzion, situées dans le sud de la Cisjordanie.

Scène de rue à Jérusalem, le 20 janvier 2005

Ce projet vise à rendre illusoires les revendications palestiniennes réaffirmées par le nouveau président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sur la partie orientale de Jérusalem. Selon le journaliste de Haaretz, des projets immobiliers seraient déjà dans les tiroirs pour les nouvelles terres confisquées.

Mahmoud Abbas

La décision du gouvernement israélien avait précédé d’un jour le jugement sévère rendu par la Cour internationale de justice de La Haye sur le principe de la construction de la "clôture de sécurité". Refusant de considérer cette clôture comme une réponse appropriée aux opérations terroristes, la Cour s’était inquiétée des "faits accomplis" entraînés par sa construction, susceptibles, à terme, de modifier les équilibres démographiques sur le terrain, en violation du droit international, qui considère la Cisjordanie comme un territoire occupé. Depuis le début des travaux, le gouvernement israélien ne cesse de répéter que cette clôture est "sécuritaire" et non "politique", "temporaire" et non "définitive". Les Palestiniens, au contraire, estiment qu’elle permet aussi d’annexer des terres supplémentaires et qu’elle menace leur projet d’Etat à Gaza et en Cisjordanie avec la partie orientale de Jérusalem comme capitale. L’enquête de Haaretz apporte des éléments de réponse qui donnent un certain crédit à cette seconde thèse.

Gilles PARIS

Scène de rue à Jérusalem, le 20 janvier 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Gilles PARIS

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source