retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (14ème partie) : Janvier 2005
AFP, 29 janvier 2005

L’Irak coupé du monde à la veille des premières élections de l’après-Saddam


L’Irak était, samedi 29 janvier 2005, coupé du monde, à moins de 24 heures des premières élections démocratiques depuis un demi-siècle, que la résistance a menacé de saboter par le sang.


Des mesures de sécurité draconiennes ont été imposées dans la plupart des villes, surtout à Bagdad, de crainte du pire, dimanche 30 janvier 2005, après les menaces des groupes islamistes qui ont intensifié leurs attentats meurtriers et lancé des attaques contre une quarantaine de bureaux de vote ces derniers jours.

Les autorités ont fermé l’aéroport international de Bagdad et les frontières terrestres pendant trois jours, et un cessez-le-feu nocturne a été imposé dans la majorité des villes, de même que des restrictions sur la circulation des véhicules. Les citoyens dans les cités résistantes ont été appelés à rester chez eux jusqu’au scrutin.

Pour leur part, les Irakiens de l’étranger (quelque 280000 inscrits) continuaient à voter, pour le deuxième jour, dans quatorze pays, dans une ambiance de fête, pour ces premières élections depuis la chute du dictateur Saddam Hussein, en avril 2003, et le premier scrutin multipartite depuis plus de 50 ans. Les organisateurs du vote à l’étranger ont indiqué s’attendre une participation de 20 %, vendredi 28 janvier 2005.

Le gouvernement intérimaire irakien et l’armée américaine ont dit s’attendre à une escalade de la violence le jour du scrutin, notamment dans les bastions sunnites à l’ouest et au nord de la capitale, le groupe de l’extrémiste Abou Moussab Al-Zarqaoui ayant déclaré "une guerre farouche" aux élections. Mais les autorités irakiennes se sont félicité, vendredi 28 janvier 2005, de l’arrestation, ces derniers jours de plusieurs lieutenants d’Abou Moussab Al-Zarqaoui. Le vice-Premier ministre, Barham Saleh, a indiqué que la capture d’Abou Moussab Al-Zarqaoui apparaissait "plus proche", après l’arrestation de plusieurs de ses lieutenants ces derniers jours, dont un de ses hauts conseillers militaires et son "émir" pour Bagdad.

Cela n’a cependant pas empêché la poursuite des violences qui ont coûté, vendredi 28 janvier 2005, la vie à huit Irakiens, dans différentes attaques, à travers le pays, et à cinq soldats américains, à Bagdad.

Deux autres GI’s ont péri dans l’accident de leur hélicoptère, dans la région de Bagdad. L’accident avait été annoncé, vendredi 28 janvier 2005, par l’armée américaine, qui avait souligné qu’il ne semblait pas résulter de tirs hostiles.

Dans ce contexte, le président américain, George W. Bush, a estimé que le scrutin de dimanche 30 janvier 2005 serait "un premier pas" dans un processus démocratique, et a salué le "courage des Irakiens ordinaires" face aux attaques de la résistance.

Dimanche 30 janvier, les Irakiens doivent élire une Assemblée nationale transitoire qui rédigera la constitution du pays, et dix-huit Conseils de province. En outre, au Kurdistan, les Kurdes renouvelleront leur Parlement. La commission électorale a estimé que huit millions d’Irakiens iraient voter, dimanche 30 janvier 2005, soit un taux de participation de 57 %. "Il y a 14,2 millions d’inscrits et nous estimons qu’environ 8 millions d’entre eux iront voter", a affirmé le porte-parole de la commission, Farid Ayar.Selon les analystes, la participation la plus importante aura lieu dans les régions chiites, dans le sud et dans le centre du pays. En revanche, dans les régions sunnites, le taux de participation devrait être faible.

Les chiites, communauté musulmane majoritaire en Irak, sont donnés favoris, alors que les sunnites, minoritaires, ont été appelés à boycotter le scrutin. Selon un sondage réalisé par l’institut américain Zogby International et publié vendredi 28 janvier 2005, les trois quarts des sunnites n’iront pas voter en Irak et une large majorité d’entre eux et de chiites veulent le départ aussi vite que possible des soldats américains du pays dès qu’un gouvernement élu sera formé. 76 % de sunnites ont indiqué que "clairement ils n’iront pas voter" alors que 80 % des chiites et 57 % des kurdes ont indiqué qu’ils se rendront "probablement ou à coup sûr" aux urnes. Seuls 9 % des sunnites ont indiqué qu’ils voteraient.

Par ailleurs, un haut gradé britannique a affirmé, vendredi 28 janvier 2005, à Bagdad, qu’il espérait une réduction du contingent de son pays en Irak en 2005. Il a prédit que les forces britanniques pourraient bientôt commencer à remettre les tâches de sécurité aux forces irakiennes dans certaines provinces et a souligné que Washington et Londres allaient accélérer la formation de l’armée irakienne.

Les dirigeants américains ont, jusqu’à présent, refusé de donner un calendrier sur le retrait de leurs 150000 soldats stationnés dans le pays.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source