retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AP, 1er février 2005

France : François Chérèque dénonce un « mensonge » à propos de la réforme des 35 heures


PARIS (AP) - Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a qualifié de « mensonge », mardi 1er février 2005, l’assouplissement de la loi sur les 35 heures, qui doit être examiné par les députés dans l’après-midi.


« Ce qui pose problème dans cette loi, c’est surtout les promesses inconsidérées que fait le gouvernement aux salariés. Faire croire aujourd’hui que des salariés vont pouvoir travailler plus pour gagner plus, c’est un mensonge », a-t-il accusé sur BFM. En effet, « rien ne dit dans la loi qu’un salarié aura le choix de refuser des heures supplémentaires ou d’en faire s’il a envie d’en faire », a-t-il ajouté.

Selon M. Chérèque, « on sait très bien qu’aujourd’hui l’économie ne permet pas aux entreprises de faire des heures supplémentaires ». « Donc, pour les 20 % de salariés qui souhaiteraient, eux, travailler plus, le gouvernement leur fait des promesses qu’il ne tiendra pas, donc on aura demain de fortes désillusions ».

M. Chérèque a par ailleurs déploré l’attitude du PS : « Il y a plus de socialistes à défendre les 35 heures aujourd’hui qu’il n’y en a eu pendant la campagne électorale, lors des élections présidentielles ». « C’est une bonne chose qu’ils reviennent sur ce débat-là, mais maintenant, le Parti socialiste doit faire son travail à l’Assemblée nationale, dans le débat parlementaire ».

Interrogé sur la proposition du président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, d’étendre aux fonctionnaires l’assouplissement des 35 heures, il a dénoncé un « marché inimaginable ». Il « veut proposer aux fonctionnaires un marché qui est inimaginable pour un syndicat, c’est-à-dire accepter qu’on supprime des emplois dans la Fonction publique et qu’en échange, on offre la possibilité à ceux qui restent de travailler plus », a souligné le secrétaire général de la CFDT.

« La réduction du temps de travail, pour la CFDT, a toujours été mise en place pour créer des emplois. On ne va pas maintenant accepter de la démonter pour supprimer des emplois », a-t-il répété. « Je crois que là, M. Sarkozy rêve s’il imagine avoir le soutien de la CFDT ».

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source