retour article original

mercredi 23 avril 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AP, 3 février 2005

Proche Orient : « Il faut aller très vite en besogne », selon Leïla Chahid


Jamal Abu Rob, le dirigeant des brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, à Qabatiya, le 1er février 2005

PARIS (AP) - « Il faut aller très vite en besogne » dans la mise en oeuvre du processus de paix, car le temps est « très vite remplacé par la violence », a plaidé, jeudi 3 février 2005 au matin, la déléguée générale de la Palestine en France, Leïla Chahid.

Des résistants palestiniens s’entraînent, à Balata, le 2 février 2005


« Je crois qu’aujourd’hui, il faut aller très vite en besogne, si on veut profiter de cette petite opportunité », c’est-à-dire « un nouveau président palestinien, un nouveau gouvernement israélien, une nouvelle administration européenne et, je pense, une nouvelle relation euro-américaine », a observé Leïla Chahid sur LCI.

Leila Shahid

« Si nous voulons profiter de ce moment, il ne faut pas perdre du temps parce que le temps est très vite remplacé par la violence, parce qu’il y a une occupation militaire qui continue pour les Palestiniens », a-t-elle souligné. « Je pense qu’après 56 années de conflit et 38 années d’occupation militaire, on ne peut pas dire qu’on aille vite », a renchéri la représentante palestinienne. « Au contraire, on a perdu beaucoup de temps. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons vécu les quatre dernières années qui ont été tragiques pour les Palestiniens, mais aussi pour les Israéliens ».

Des policiers palestiniens ferment un tunnel servant à la contrebande d’armes entre l’Egypte et la bande de Gaza, à Rafah, le 2 février 2005

Selon Leïla Chahid, si le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, « a la volonté politique, il a les moyens aujourd’hui d’aller très loin ». Il « est depuis plusieurs années l’homme qui a le plus les moyens réellement de rentrer dans un processus de paix, car il est l’homme qui aujourd’hui a un gouvernement qui a la majorité de l’opinion : 70 % des Israéliens soutiennent le retrait de Gaza, c’est très important ».

Ariel Sharon

Par ailleurs, Leïla Chahid a dit attendre de la rencontre entre Ariel Sharon et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, prévue mardi 8 février 2005 en Egypte, la « mise en oeuvre de la feuille de route » élaborée par le Quartet « Etats-Unis, Russie, Union européenne, Nations Unies ».

Mahmoud Abbas

Enfin, Leïla Chahid a réagi au discours du président américain, George W. Bush, sur l’état de l’Union, qui a promis l’aide des Etats-Unis pour parvenir à l’objectif de « deux Etats démocratiques vivant côte à côte en paix ». « Nous avons trop cru jusqu’à maintenant toutes les promesses pour uniquement nous contenter d’encore un voeu ». Cette promesse est « importante », « puisque pendant son premier mandat, le président Bush ne s’est pas du tout intéressé au conflit israélo-palestinien et encore moins à la création d’un Etat palestinien. J’espère que les actes suivront les paroles ».

Associated Press

Des policiers palestiniens ferment un tunnel servant à la contrebande d’armes entre l’Egypte et la bande de Gaza, à Rafah, le 2 février 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source