retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (15ème partie) : Février 2005
AFP, 8 février 2005

Irak : Vague d’attentats


BAGDAD (AFP) - Plus de 20 Irakiens -dont les deux fils d’un homme politique- ont été tués, mardi 8 février 2005, en Irak, où la violence atteint un tel niveau, notamment dans la capitale, que la Hongrie a décidé de transférer son ambassade à Damas, confiant la chancellerie de Bagdad à du personnel local.


La Hongrie est le premier pays ayant participé à la coalition menée par les Etats-Unis à prendre une telle décision. Budapest avait fourni un contingent de 300 soldats dont le mandat a expiré, en décembre 2004, sur vote du parlement.

A Bagdad, quinze Irakiens ont été tués et treize blessés, au cours d’une attaque suicide visant des Irakiens venus s’enrôler dans l’armée. Cet attentat a été revendiqué par le groupe de l’islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui, l’homme le plus recherché et dont la tête a été mise à prix pour 25 millions de dollars. Un de ses proches, le terroriste Bachir Matar Al-Tikriti a été arrêté, le 13 janvier, dans la ville d’Al-Charqat, ont annoncé, mardi 8 février 2005, les forces de sécurité irakiennes, qui offrent par ailleurs une prime d’un million de dollars pour la capture d’un Irakien qui se cacherait en Syrie. Mohammad Younès Al-Ahmad est accusé de diriger des groupes terroristes en Irak et de les soutenir financièrement.

Dans la capitale toujours, les deux fils d’un partisan de la normalisation avec Israël ont été tués dans une attaque à l’arme automatique contre sa voiture à Bagdad. "Mes deux fils sont morts, ainsi que mon garde du corps, dans des tirs contre ma voiture près de ma maison", a déclaré à l’AFP Mithal Al-Alloussi, 52 ans. "Même si ces terroristes essaient de me tuer à nouveau, la paix est la seule solution, la paix avec Israël, la paix avec tout le monde, mais pas avec les terroristes", a-t-il ajouté.

Au nord de Bagdad, quatre Irakiens ont été tués dans l’explosion de trois bombes artisanales dans la province de Salaheddine.

Près de Mossoul, également dans le nord de l’Irak, une voiture piégée a explosé, blessant deux policiers. Dans la même région, deux membres du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) avaient été tués, lundi 7 février 2005, dans une attaque à l’arme automatique contre leur voiture.

Le groupe Ansar Al-Sunna, lié à Al-Qaïda, a annoncé avoir assassiné un Irakien, l’accusant de travailler pour les forces américaines en Irak.

Par ailleurs, l’incendie qui ravageait, depuis lundi 7 février, un oléoduc touché par des roquettes, au nord de Bagdad, a été maîtrisé mardi 8 février 2005.

L’annonce, mardi 8 février 2005, de l’exécution de la journaliste italienne, Giuliana Sgrena, a été jugée non fiable par ses confrères du quotidien Il Manifesto. "Toutes les informations que nous avons eues (...) notamment du ministère des Affaires étrangères, nous indiquent que cette nouvelle n’est pas considérée comme fiable", a déclaré à l’AFP Loris Campetti, chef du service reportage de ce journal indépendant de gauche. A Bagdad, le Comité des oulémas musulmans a affirmé ne pas connaître le groupe qui a revendiqué son assassinat. "Ce nom peut être celui de n’importe qui", a déclaré à l’AFP le porte-parole du Comité, Omar Ragheb, en référence à l’Organisation du jihad.

En revanche, aucune information n’a surgi, mardi 8 février 2005, sur le sort de la journaliste française, Florence Aubenas, et son guide, Hussein Hanoun Al-Saadi, disparus à Bagdad depuis 34 jours.

Au chapitre politique, la journée de mardi 8 février a surtout été marquée par la visite européenne de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice. A Rome, elle a affirmé qu’il n’avait jamais été question "d’une stratégie de retrait mais d’une stratégie de succès". Mme Rice a également dénoncé, mardi 8 février 2005, le rôle déstabilisateur de la Syrie au Proche-Orient : "Je ne saurais le dire plus fermement : on ne peut pas dire d’un côté que l’on veut un processus de paix et, de l’autre, soutenir les gens qui sont déterminés à le faire voler en éclats", a-t-elle dit. "La Syrie doit se montrer plus coopérative si elle ne veut pas se voir isoler, si elle ne veut pas avoir de mauvais rapports avec les Etats-Unis", a-t-elle ensuite menacé.

En Grande-Bretagne, les corps des dix militaires britanniques, tués dans le crash d’un C-130 Hercules, le 30 janvier 2005, en Irak, sont arrivés sur la base de Lyneham, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Aux Etats-Unis, le bon déroulement des élections en Irak et la fermeté de son discours sur l’état de l’Union valent au président George W. Bush le soutien de 57 % des Américains, une popularité record depuis la capture de Saddam Hussein, en décembre 2003, où il avait atteint 59 %.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source