retour article original

vendredi 22 août 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AP, AFP, 12 février 2005

Proche Orient : Israël accepte le retour des Palestiniens expulsés de Cisjordanie


Vue de Gaza City

GAZA, Bande de Gaza (AP) - Israël a accepté le principe d’un retour de tous les Palestiniens expulsés de Cisjordanie, a affirmé, samedi 12 février 2005, le négociateur palestinien, Saeb Erekat, précisant qu’aucun calendrier n’avait été fixé pour ce retour.

Saeb Erekat


Environ 55 Palestiniens, que l’Etat hébreu avait accusé d’être impliqués dans des activités terroristes, ont été expulsés vers la Bande de Gaza et l’Europe. Certains avaient été exilés après le siège d’un mois de l’église de la Nativité à Bethléem, en 2002. Raanan Gissin, un conseiller du Premier ministre israélien, Ariel Sharon, a confirmé que les personnes expulsées seront autorisées à rentrer chez elles. Il ne disposait pas non plus d’un calendrier. "Nous promettons qu’ils ne seront pas arrêtés à leur retour", a-t-il précisé. "Nous gelons toutes les procédures engagées contre eux, tant qu’ils s’abstiennent de toute activité terroriste".

Mahmoud Abbas (assis en bout de table, à l’arrière plan) en compagnie d’un groupe de Palestiniens expulsés de Cisjourdanie, à Gaza City, le 12 février 2005

Ces déclarations faisaient suite à une rencontre entre le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et des Palestiniens expulsés à Gaza. "Aujourd’hui, nous avons appris la bonne nouvelle qu’un accord avait été conclu avec la partie israélienne pour nous autoriser à retourner dans nos villes", a précisé lors d’une conférence de presse, Ghanem Sweilem, expulsé du camp de Balata, près de Naplouse, il y a plus de deux ans. "On nous a indiqué que nous pourrons rentrer d’ici une ou deux semaines".

Associated Press

Un véhicule militaire israélien à Balata, le 11 octobre 2004

Mahmoud Abbas rencontre le Comité central du Fatah avant de voir les islamistes

GAZA (AFP) - Le dirigeant palestinien, Mahmoud Abbas, présidait, samedi 12 février 2005, à Gaza, une réunion du Comité central de son mouvement, Fatah, axée sur la situation sécuritaire, avant de rencontrer en soirée les groupes armés pour les convaincre de respecter un cessez-le-feu avec Israël.

Des résistants manifestent pour la libération des Palestiniens détenus en Israël, à Rafah, le 11 février 2005

Le déplacement à Gaza de M. Abbas est survenu à la suite des attaques au mortier lancées, par le Hamas, contre des colonies de la bande de Gaza qui ont mis à mal le cessez-le-feu proclamé le 8 février à Charm El-Cheikh par le leader palestinien et le Premier ministre israélien Ariel Sharon.

Ariel Sharon en compagnie de Mahmoud Abbas

Le président de l’Autorité palestinienne discutait avec le Comité central du Fatah de "la situation à Gaza et des dernières mesures" adoptées par les autorités palestiniennes, notamment dans le domaine sécuritaire, a déclaré aux journalistes, à Gaza, Mohammad Dahlane, l’homme fort de la bande de Gaza. Selon lui, "la responsabilité (du succès des mesures) incombe à tout le monde".

Mohammed Dahlane

Après les tirs du Hamas, M. Abbas a demandé à ses services de sécurité d’agir rapidement pour arrêter les tirs et limogé plusieurs hauts responsables de la sécurité. Il a rencontré, vendredi 11 février 2005, une délégation sécuritaire égyptienne dirigée par le général Mostapha El-Bouheiri. Celle-ci devait avoir des discussions avec des responsables de la sécurité en Cisjordanie, plus tard dans la journée, à Ramallah.

Mustafa Al-Bahiri en compagnie de Mahmoud Abbas

En soirée, M. Abbas devait s’entretenir avec des représentants des mouvements Hamas et Jihad islamique, qui, avec d’autres groupes armés, se sont engagés, fin janvier 2005, à respecter une "période d’accalmie", autrement dit à cesser les attaques anti-israéliennes. Des responsables du Hamas et du Jihad ont indiqué qu’ils arrêteraient leur position finale sur une trêve après les discussions avec M. Abbas. Dimanche 12 février 2005, le dirigeant palestinien doit aussi présider une réunion du Comité exécutif de l’OLP.

Une roquette palestinienne tombée sur une maison de la colonie israélienne de Neve Dekalim, le 10 février 2005

De son côté, M. Dahlane devait rencontrer, samedi 11 février 2005 au soir, le ministre israélien de la Défense, Shaoul Mofaz, pour discuter de la coordination sécuritaire, a indiqué un responsable du bureau du responsable palestinien sans préciser le lieu.

Shaoul Mofaz

Une réunion de coordination similaire doit se tenir, dimanche 12 février 2005, entre le ministre palestinien chargé des Négociations, Saëb Erakat, et le conseiller de M. Sharon, Dov Weisglass. Cette rencontre, initialement prévue jeudi 10 février 2005, avait été reportée après les attaques aux mortiers.

Manifestation pour la libération des Palestiniens détenus en Israël, à Rafah, le 11 février 2005

De son côté, le département d’Etat a annoncé que le général William Ward, nommé coordinateur spécial pour aider les Palestiniens dans le domaine sécuritaire, se rendrait pour une première mission dans la région d’ici fin février 2005. Outre Israël et les territoires palestiniens, il se rendrait "très probablement en Jordanie et en Egypte", a indiqué un responsable américain.

William Ward

Parallèlement, la radio publique israélienne a indiqué que le comité mixte chargé de la question de la libération des Palestiniens détenus par Israël se réunirait, dimanche 12 février 2005, pour débattre de la liste des prisonniers qui doivent être relâchés dans les trois prochains mois. Selon elle, un premier groupe de 300 prisonniers doit être libéré au début de la semaine prochaine.

Des détenus palestiniens dans une cellule de la prison israélienne de Nitzan, le 10 février 2005

Sur le front diplomatique, M. Abbas doit recevoir, dimanche 12 février 2005, à Gaza, le Premier ministre norvégien, Kjell Magne Bondevik.

Kjell Magne Bondevik

D’autre part, la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, rencontrera, dimanche 12 février 2005, à Gaza, le chef de la diplomatie palestinienne, Nabil Chaath, pour discuter de l’aide de l’Union européenne aux Palestiniens.

Nabil Shaath

Enfin, le président américain George W. Bush a désigné l’ambassadeur des Etats-Unis en Egypte, David Welch, pour occuper le poste de secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient, en remplacement de William Burns.

Agence France Presse

David Welch

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source