retour article original

jeudi 17 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (15ème partie) : Février 2005
AP, 13 février 2005

Irak : La liste de l’alliance chiite remporte les élections avec 48,1 % des voix


BAGDAD (AFP) - La liste chiite parrainée par le grand ayatollah Ali Sistani a remporté les élections générales irakiennes avec 48,1 % des voix, la liste kurde arrivant en deuxième position avec 25,7 % des voix, le taux de participation ayant atteint 59 %, a annoncé, dimanche 13 février 2005, la Commission électorale.


La liste de l’Alliance unifiée irakienne a obtenu 4.075.291 voix sur 8.456.266 votants, selon les résultats définitifs annoncés par la commission lors d’une conférence de presse.

Elle est suivie par celle de l’Alliance kurde avec 2.175.551 votes, soit 25,7 % des suffrages exprimés.

La liste du Premier ministre sortant, Iyad Allaoui, un chiite laïc, a obtenu 1.168.943 votes, soit 13,8 % des voix.

Le président sortant, Ghazi Al-Yaouar, un sunnite, arrive en quatrième position avec 150.680 votes, soit 1,7 % des suffrages exprimés.

La liste chiite devrait obtenir 132 sièges au Parlement de 275 membres, les Kurdes 71 sièges et la liste du Premier ministre Iyad Allaoui 38. La liste du président Ghazi al-Yaouar ne devrait obtenir que 5 sièges. Il faut 30.750 voix pour obtenir un siège à l’Assemblée nationale, puisqu’il s’agit d’un scrutin à la proportionnelle intégrale.

Le taux de participation aux élections a atteint environ 59 %, puisque 8.456.266 électeurs ont pris part au vote sur un nombre d’inscrits estimé à 14,2 millions.

La commission électorale a commencé, peu après 16h00, à annoncer les résultats définitifs des premières élections multipartites en Irak depuis plus d’un demi-siècle, deux semaines après leur tenue. "Aujourd’hui marque la naissance d’un Irak nouveau et démocratique", a déclaré, au début de la conférence de presse un responsable de la commission, Farid Ayar. Il a expliqué le retard pris dans l’annonce par la volonté de la commission de "bien vérifier les résultats". Un autre responsable, Adel Al-Lami, a ensuite donné les résultats des élections des conseils de 6 des 18 provinces.

La liste formée par les deux grands partis kurdes irakiens a remporté les élections pour le conseil de la province de Taamim, dont la ville multiethnique de Kirkouk est le chef-lieu, par 59,1 % des voix. La liste Kirkouk-fraternité, formée par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l’Union démocratique du Kurdistan (UPK), a obtenu 237.303 voix sur 400.892 suffrages exprimés, a indiqué la Commission électorale qui a organisé le scrutin. Les résultats des 12 autres provinces avaient déjà été publiés par la commission.

Les Kurdes revendiquent le rattachement de Kirkouk à leurs trois provinces autonomes du Kurdistan et des milliers d’entre eux, déplacés par le régime de Saddam Hussein, ont été autorisés à voter dans la ville le 30 janvier 2005.

Lecture a été ensuite donnée des résultats pour l’élection du Parlement de la région autonome kurde, remportée à 89,5 % des voix par l’alliance des deux grands partis de cette région, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK de Massoud Barzani) et l’Union démocratique du Kurdistan (UPK de Jalal Talabani).

Les Irakiens ont élu, le 30 janvier 2005, 275 membres de l’Assemblée nationale, 18 Conseils de provinces et, dans le Kurdistan autonome, 111 membres du Parlement.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, a félicité dimanche "tous les élus" des élections générales irakiennes, décrites comme "un nouveau pas important vers un avenir sûr et démocratique". "J’appelle la communauté internationale à se réunir derrière le gouvernement irakien de transition et à renouveler son soutien au peuple irakien dans la tâche difficile qu’il a devant lui", a poursuivi M. Straw dans un communiqué.

"Comme l’a dit (le secrétaire général de l’ONU) Kofi Annan, cette semaine, à Londres, a-t-il ajouté, il est crucial pour l’avenir de l’Irak que toute la diversité de la société irakienne soit représentée dans les processus politique et constitutionnel. Le Premier ministre (Iyad) Allaoui et de nombreuses autres figures politiques irakiennes importantes continuent de souligner ce point".

L’annonce des résultats intervient alors que la violence ne faiblit pas dans le pays. Samedi 12 février 2005, 21 personnes ont été tuées, dont 17 dans un attentat à la voiture piégée à Moussaïeb, à 55 km au sud de Bagdad.

En outre, quatorze corps d’Irakiens exécutés par balles ont été découverts dans la région de Mossoul, la troisième ville d’Irak, située dans le nord.

Dimanche 13 février 2005, des forces de police ont lancé une opération de recherche et interpellé 52 personnes soupçonnées d’implication dans une attaque sanglante contre des boulangeries chiites à Bagdad, selon une source policière. "Plus de 100 policiers ont participé à l’opération dans le quartier Al-Amine, dans l’est de Bagdad, et 52 suspects ont été interpellés", a déclaré à l’AFP un officier de police sous le couvert de l’anonymat.

Selon la police, sept personnes avaient été tuées dans l’attaque menée simultanément, vendredi 11 février 2005, contre la "boulangerie du bonheur" et celle d’Al-laith (Lion) dans ce quartier chiite.

Trois corps d’Irakiens exécutés et portant des traces de torture ont été découverts dans l’est de Bagdad, a annoncé, dimanche 13 février 2005, une source policière en n’écartant pas la possibilité qu’ils soient ceux de policiers ou de soldats. "Les trois corps portant des habits civils et qui avaient les yeux bandés et les mains ligotées par des fils de fer ont été découverts dans l’est de la capitale", a indique un officier de police, sous le couvert de l’anonymat.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source