retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (15ème partie) : Février 2005
AFP, 18 février 2005

Irak : 35 morts dans cinq attentats anti-chiites à Bagdad


BAGDAD (AP) - A la veille des cérémonies de l’Achoura, la date la plus sacrée du calendrier chiite, cinq attentats visant, pour la plupart, des fidèles chiites ont été perpétrés, vendredi 18 février 2005, à Bagdad et ses environs, faisant 35 morts et plusieurs dizaines de blessés, selon le dernier bilan des autorités.


Cette fête chiite, qui atteindra son point culminant samedi 19 février, commémore le martyre de l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet, au 7e siècle. Pendant la durée des célébrations, qui se succéderont jusqu’à mardi 22 février 2005, les frontières de l’Irak resteront fermées pour éviter tout afflux de pèlerins étrangers.

Des kamikazes se sont fait exploser devant deux mosquées chiites, après la prière du vendredi 18 février 2005, l’une à Doura, quartier sud de Bagdad, l’autre à Al-Bayaa, dans l’ouest de la capitale. Le premier attentat suicide a fait quinze morts et vingt blessés, le deuxième au moins dix morts. Une troisième explosion a eu lieu au passage d’une procession de l’Achoura, dans le quartier chiite d’Ach Choulah, au nord-ouest du centre-ville, faisant deux morts et cinq blessés.

Dans un quatrième attentat, un kamikaze s’est fait sauter à un poste de contrôle de la police et la Garde nationale irakiennes, à Al-Adamiyah, quartier sunnite du nord de Bagdad. Un journaliste de l’agence Associated Press (AP) a vu un policier mort et deux civils blessés.

Le cinquième attentat a été perpétré, vers 19h00, à Iskandariyah, à 50 km au sud de Bagdad. Une voiture piégée a explosé devant une mosquée chiite de la ville, faisant sept morts et 10 blessés selon les sauveteurs sur place.

Walid Al-Hilly, figure du parti chiite Dawa, a déclaré, à la chaîne Al-Jazira, que ces attentats avaient pour objectif de déclencher une guerre civile entre communautés religieuses. "Ils tuent des hommes sans armes, des femmes et des enfants, qui veulent célébrer la fête de l’Achoura. Ces actions terroristes ne nous intimideront pas et ne nous feront pas changer de chemin, nous qui avons choisi la liberté contre la tyrannie et l’oppression", a-t-il affirmé. "Nous avons opté pour la fraternité, la coopération, et l’unité entre sunnites, chiites, Kurdes, Shabaks, Turcomans et chrétiens."

Dans un texte distribué dans l’une des mosquées visées par un attentat, le Comité des oulémas musulmans, principale organisation sunnite irakienne, s’élève contre "toute action qui puisse engendrer des divisions religieuses, des violences ou des menaces de déplacement". Les oulémas appellent "chacun au calme et à la sagesse afin d’éviter les conflits religieux".

Grâce au sang froid de gardes irakiens, les kamikazes n’ont pu pénétrer ni dans la mosquée de Doura ni dans celle d’Al-Bayaa. L’armée américaine a salué ces actions, reconnaissant toutefois que le bilan total des violences commises, vendredi 18 février 2005, par la résistance, pourrait avoisiner la soixantaine de morts.

Côté américain, l’armée a annoncé, vendredi 18 février, la mort de cinq de ses hommes dans différents incidents, le dernier en date s’étant produit près de Balad, à 80 km au nord de Bagdad. Une bombe a explosé au passage d’une patrouille, faisant un mort et trois blessés. Les quatre autres GI tués ont trouvé la mort, jeudi 17 février 2005, à Mossoul, dans le nord du pays.

Alors qu’entraient en vigueur les restrictions liée à l’Achoura, la chaîne panarabe Al-Arabiya a fait état de la disparition de deux journalistes indonésiens dans la ville de Ramadi, à 110 km à l’ouest de Bagdad. L’information a été confirmée par les autorités indonésiennes, qui ne parlaient cependant pas d’enlèvement.

Par ailleurs, le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, a répété, vendredi 18 février 2005, que des "indications indirectes" lui permettaient d’espérer que la journaliste Florence Aubenas et son accompagnateur irakien, Hussein Hanoun Al-Saadi, disparus en Irak depuis 44 jours, étaient "en vie".

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source