retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (15ème partie) : Février 2005
AFP, 28 février 2005

Irak : 114 morts dans un attentat à Hilla


BAGDAD (AFP) - L’Irak a connu, lundi 28 février 2005, l’attentat le plus sanglant depuis un an avec au moins 114 tués et 129 blessés dans une attaque suicide à Hilla, au sud de Bagdad, au lendemain de l’annonce de la capture d’un demi-frère du président déchu irakien Saddam Hussein.


L’attentat de Hilla, à 100 km au sud de Bagdad, a été commis par un kamikaze, a indiqué un sapeur-pompier qui a participé aux secours. "Nous avons trouvé les mains du kamikaze attachées au volant de la voiture piégée et un exemplaire du Coran brûlé dans l’épave du véhicule", a déclaré à l’AFP ce sapeur-pompier, Ammar Al-Ani.

La voiture piégée a explosé, à 06h30, dans un quartier très animé de la ville, au milieu d’une foule de fonctionnaires rassemblés pour des examens médicaux, dans un centre de soins proche du siège de la municipalité, selon le lieutenant de police Kazem Maamouri. Les fonctionnaires, dont certains ont été licenciés après la chute du régime de Saddam Hussein en avril 2003, attendaient cette visite médicale avant leur réintégration dans les services administratifs de la province.

Citant les premiers éléments de l’enquête, le directeur de la police technique, Thamer Sultan, a indiqué que la voiture utilisée dans l’attaque avait été bourrée de plusieurs dizaines de kilogrammes de TNT et de nombreux obus de mortier, pour "faire la maximum de victimes".

Le gouverneur de la province de Babylone, dont Hilla est le chef-lieu, Walid Janabi, a déploré l’attentat, le qualifiant d’"acte lâche contre des citoyens qui ont choisi de vivre honnêtement et de ne pas se laisser tenter par le terrorisme et le crime". "Cet acte criminel a visé des citoyens qui n’ont aucune relation avec l’armée et la police et qui ont choisi de vivre en paix", a dit le gouverneur.

Plusieurs heures après l’attentat, la ville était désertée en début de soirée et les forces de sécurité déployées en force dans la cité à majorité chiite de plus de 500000 habitants.

Réagissant à l’attentat de Hilla, le Haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure, Javier Solana, a "fermement condamné", à Bruxelles, l’attaque suicide, qualifiée de "cruelle" par le Premier ministre britannique Tony Blair. Le gouvernement allemand a également condamné "avec la plus grande fermeté" cette attaque, appelant les Etats voisins de l’Irak à apporter leur contribution à la stabilisation de ce pays.

La violence a également touché le triangle sunnite au nord et à l’ouest de Bagdad, où une série d’attaques a fait, lundi 28 février 2005, cinq morts parmi les Irakiens, dont trois soldats et un traducteur, selon des sources des services de sécurité.

Un soldat américain a également été tué, dimanche 27 février 2005 au soir, à un barrage à Bagdad, selon l’armée.

Par ailleurs, 211 résistants présumés ont été arrêtés, dans la province sunnite d’Al-Anbar, à l’ouest de Bagdad, depuis le lancement de l’opération américaine "River Blitz", le 20 février 2005, dans cette région, selon l’armée américaine.

L’attentat de Hilla survient au lendemain de l’annonce par Bagdad de la capture de Sabaoui Ibrahim Al-Hassan, l’un des demi-frères de l’ex-président Saddam Hussein, ancien chef du renseignement irakien. "Sabaoui Ibrahim Al-Hassan a été capturé à la frontière syrienne il y a trois jours", a indiqué le chef du service de renseignement du ministère de l’Intérieur Hussein Ali Kamel, ajoutant que l’ancien responsable "effectuait de fréquents va-et-vient entre l’Irak et la Syrie". Selon M. Kamel, l’ancien chef du renseignement irakien disposait d’"énormes sommes d’argent héritées des caisses de l’ancien (parti) Baas qu’il utilisait pour financer les actions terroristes" en Irak

Le secrétaire d’Etat à la sécurité nationale, Kassem Daoud, a invoqué la sécurité nationale pour expliquer la réserve du gouvernement sur cette opération. "Il a été arrêté dans des circonstances particulières. Nous ne pouvons pas les révéler maintenant, pour pouvoir arrêter les autres personnes impliquées dans la poursuite du terrorisme dans le pays", a fait valoir M. Daoud lors d’une conférence de presse. Interrogé sur une éventuelle coopération syrienne, il s’est borné à faire état de l’existence, depuis quatre mois d’une commission bilatérale sur la sécurité. Sabaoui Ibrahim Al-Hassan figure à la 36ème place sur la liste américaine des 55 personnalités les plus recherchées de l’ancien régime.

Pour sa part, le président syrien, Bachar Al-Assad, dans une interview au quotidien italien La Repubblica, a estimé, lundi 28 février 2005, que les Etats-Unis avaient besoin de la Syrie car ce pays est "essentiel pour le processus de paix" au Proche-Orient et en Irak. "Nous sommes essentiels pour le processus de paix, pour l’Irak. Vous verrez, peut-être qu’un jour les Américains viendront frapper à notre porte", a-t-il déclaré.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source