retour article original

lundi 22 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (1ère partie) : Du 21 décembre 2003 au 29 février (...)
Le Monde, AFP, 12 février 2004

Le représentant de l’ONU en Irak d’accord pour des élections au scrutin direct


Ce souhait d’élections directes est différent de ce qui a été prévu par l’accord du 15 novembre 2003, signé entre la coalition dirigée pas les Américains et le Conseil de gouvernement transitoire irakien qui stipule au contraire que les membres de l’Assemblée transitoire seront issus d’un scrutin indirect.

Le chef de la mission de l’ONU en Irak, Lakhdar Brahimi, a exprimé, jeudi 12 février 2004, après un entretien avec l’ayatollah Ali Sistani, le dirigeant spirituel de la communauté chiite d’Irak (qui représente 60 % de la population), son accord avec le dignitaire chiite sur la tenue d’élections directes en Irak.


"L’ayatollah Sistani est totalement dans son droit de demander la tenue d’élections et nous sommes tout à fait d’accord avec lui car c’est le meilleur moyen pour résoudre le problème irakien", a déclaré M. Brahimi à l’issue d’une réunion de deux heures au bureau de la figure emblématique de la principale communauté irakienne, dans la ville sainte de Nadjaf, au sud de Bagdad.

"Nous sommes aussi d’accord avec lui sur le fait qu’il faut qu’elles se tiennent dans les meilleures conditions et soient bien préparées pour obtenir les résultats attendus par lui et par le peuple irakien", a ajouté M. Brahimi qui dirige une délégation chargée par le secrétaire général de l’ONU d’étudier la faisabilité d’un tel scrutin.

Élections directes

Interrogé sur l’éventualité que le dignitaire chiite maintienne sa demande pour des élections directes pour la mise en place de l’Assemblée transitoire d’ici au 31 mai, le chef de la mission a répondu : "Oui, il insiste sur sa position et nous partageons à 100 % son avis car les élections sont le seul moyen de faire sortir l’Irak du tunnel", a-t-il ajouté.

Aux journalistes qui lui demandaient si l’ONU craignait des pressions de la part des Etats-Unis, M. Brahimi a rétorqué : "Comme le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, l’a dit, l’organisation internationale ne vient en Irak que pour aider ce peuple et c’est une organisation indépendante et neutre". "Ni le secrétaire général de l’ONU ni moi n’acceptons de pression", a-t-il encore affirmé.

A sa sortie de la rencontre, des dizaines de personnes ont crié : "Non à la nomination, oui aux élections", "Oui à sayyed Sistani". Pour les chiites, le terme "sayyed" désigne les descendants du prophète Mahomet.

Ce souhait d’élections directes est différent de ce qui est prévu par l’accord du 15 novembre 2003, signé entre la coalition dirigée pas les Américains et le Conseil de gouvernement transitoire irakien. Cet accord fixe les étapes du transfert de souveraineté d’ici à la fin 2005 et stipule au contraire que les membres de l’Assemblée seront issus d’un scrutin indirect.

Concernant la visite de la délégation de l’ONU en Irak, le porte-parole de Mouaffak Al-Roubaï, un des membres du Conseil de gouvernement transitoire, a indiqué jeudi soir que ce Conseil allait "rencontrer Lakhdar Brahimi (vendredi 13 février 2004) pour exposer les résultats de sa rencontre avec Ali Sistani".

Selon ce porte-parole, Ali Al-Jabbouri, M. Brahimi quittera l’Irak "prochainement" pour retourner à New York, mais la délégation technique qui l’accompagne "restera pour poursuivre ses entretiens" concernant la faisabilité des élections.

Avec AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source