retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (16ème partie) : De mars 2005 à avril 2005
Reuters, 3 mars 2005

Irak : Prolongation du régime dictatorial d’Iyad Allawi


BAGDAD (Reuters) - La résistance poursuit sans discontinuer sa campagne de violence en Irak, où quinze personnes ont été tuées, jeudi 3 mars 2005, contraignant le gouvernement intérimaire à proroger de 30 jours la loi martiale lui accordant des pouvoirs extraordinaires.


Jeudi 3 mars 2005, le gouvernement irakien intérimaire a décidé de proroger d’un mois la loi martiale, décrétée pour la première fois, en novembre 2004, avant l’offensive américaine sur Falloudja et reconduit depuis. L’état d’urgence restera en vigueur au moins jusqu’au 31 mars 2005. Cette loi martiale autorise le gouvernement à imposer des couvre-feux, à fermer les frontières du pays et les aéroports et à effectuer des arrestations en dehors des procédures habituelles. Elle s’applique à l’ensemble du pays à l’exception du nord kurde.

L’attaque la plus sanglante s’est produite à proximité du ministère de l’Intérieur, dans le centre de Bagdad. Deux voitures piégées ont explosé près du bâtiment, tuant cinq policiers et faisant plusieurs blessés.

Dix autres personnes ont été tuées à travers l’Irak dans des attentats suicide ou des affrontements entre résistants et soldats américains.

Alors que les tractations se poursuivent sur la formation du futur gouvernement issu des élections du 30 janvier 2005, cette vague de violence incessante illustre les difficultés qui attendent la nouvelle administration, dont la tâche première sera de rétablir l’ordre.

Un gazoduc visé

A Kirkouk, dans le Nord, deux Irakiens travaillant pour une société de construction liée à des entrepreneurs américains ont été tués par des résistants, a déclaré la police.

A Tikrit, au nord de Bagdad, un membre de la garde nationale irakienne a été tué et six autres ont été blessés par des hommes armés.

Dans la même région, à Bakouba, un kamikaze s’est fait exploser à proximité d’une caserne de la garde nationale, tuant un civil et en blessant 14 autres.

A Al Kaïm, une ville proche de la frontière syrienne située à un demi-millier de kilomètres à l’ouest de Bagdad, trois personnes, dont une femme et un enfant, ont été tuées au cours d’une fusillade entre soldats américains et résistants, ont déclaré des médecins de l’hôpital local.

Dans la capitale, la police a découvert les corps de trois hommes tués d’une balle dans la tête, les yeux bandés. On ignore l’identité des victimes et les motifs de ces assassinats.

Les résistants hostiles à la présence américaine en Irak s’en prennent régulièrement aux policiers et aux soldats irakiens, qu’ils accusent d’être à la solde de l’occupant.

Des résistants ont par ailleurs endommagé, jeudi 3 mars 2005, près de Kirkouk, un gazoduc qui alimente la principale centrale électrique du pays, située à Baïdji. Les responsables du site ont été contraints de fermer deux des quatre turbines, a déclaré l’ingénieur Khaled al Lami.

L’armée américaine a annoncé, jeudi 3 mars 2005, que trois soldats américains avaient été tués la veille. Deux "marines" sont morts dans l’explosion d’une bombe au passage de leur véhicule à Bagdad. Le troisième a été tué au combat dans la province de Babel, au sud de la capitale. Ces décès portent à 1142 le nombre de soldats américains tués en mission en Irak depuis l’intervention anglo-américaine de mars 2003.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source