retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AP, 4 mars 2005

L’Iran se moque des accords internationaux, selon George Walker Bush

Suivi d’un commentaire


WASHINGTON (AP) - Le président américain George W. Bush a accusé jeudi Téhéran de se faire fi de ses responsabilités internationales en tentant de développer en secret des armes nucléaires, alors qu’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) souligne que l’Iran est en train de mettre ses composants nucléaires à l’abri d’éventuelles frappes militaires.


"Ce sont eux qui ne respectent pas les accords internationaux", a déclaré, jeudi 3 mars 2005, le président américain, en visite au siège de la CIA. "Ce sont eux, le peuple à qui le monde entier dit : "Ne développez pas des armes nucléaires", a-t-il ajouté, estimant que l’Iran est "le coupable" dans l’affaire. Avec une satisfaction évidente, George W. Bush a déclaré que les Européens et le président russe Vladimir Poutine "pensent la même chose". "Nous sommes en train d’examiner des moyens pour aider le processus (de négociation) à avancer", a-t-il ajouté, faisant allusion au fait que Washington est prête à soutenir ses alliés en offrant des incitations commerciales à l’Iran pour qu’il mette fin à son programme nucléaire.

La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, a toutefois estimé, lors d’une conférence de presse que "pour l’heure, les Iraniens n’ont donné aucune indication laissant à penser qu’ils acceptent l’offre". Condoleezza Rice a également appelé l’Agence internationale de l’énergie atomique à enquêter sur des informations selon lesquelles l’Iran utilise des matérieux renforcés et creuse des tunnels souterrains pour stocker des composants nucléaires à l’abri d’éventuelles frappes militaires. "Le monde est arrivé à une position unie sur l’Iran, à savoir que l’Iran ne doit pas être capable d’avoir l’arme nucléaire, et qu’il y a des inquiétudes légitimes sur les activités nucléaires en Iran", a-t-elle déclaré. "L’AIEA mérite, et a en fait, le droit d’enquêter, et d’enquêter minutieusement avec une coopération totale de l’Iran ces activités qui sont, effectivement, suspectes", a-t-elle ajouté.

Au dernier jour de la réunion de l’AIEA, un rapport lu devant les délégués des 35 pays présents a accusé Téhéran d’avoir commencé à creuser un tunnel à Ispahan sans en avoir informé l’agence nucléaire. Selon le document, l’Iran, poussé par l’AIEA, a fourni au cours des derniers mois "des informations sur le tracé préliminaire" d’un tunnel dans la ville d’Ispahan qui abrite l’un des programme d’enrichissement nucléaire iranien. Selon le rapport, la construction du tunnel a débuté au mois de septembre 2004, "pour accroître la capacité, la sécurité et la sûreté des matériaux nucléaires".

Associated Press

Commentaire

On rappellera que, depuis de nombreuses années, l’Iran est explicitement menacé d’une agression militaire de la part des Etats-Unis et que, dans l’hypothèse d’une telle agression, ni les Européens, ni les Russes, ne lèveraient le plus petit doigt pour s’y opposer. Dès lors, il est logique et légitime, de la part des Iraniens, de mettre leurs installations nucléaires à l’abri d’une agression militaire américaine.

L’attitude des dirigeants occidentaux à l’égard de l’Iran est incontestablement discriminatoire, puisque des pays comme l’Inde, Israël et le Pakistan, détenteurs de l’arme atomique, ne subissent nullement le harcèlement que subit l’Iran pour une intention supposée de mettre au point cette même arme atomique.

Le gouvernement iranien peut constater qu’il ne lui sert à rien de négocier avec les Européens et de se montrer conciliant, car une attitude conciliante est interprétée comme une manifestation de faiblesse et n’a pas d’autre effet que celui de susciter de nouvelles menaces.

Les gouvernements occidentaux semblent tout faire pour que l’Iran claque la porte de l’Agence internationale de l’énergie atomique, dénonce le traité de non-prolifération et construise effectivement des bombes, afin de disposer d’une force de dissuasion. Aucun Etat souverain n’a à tolérer d’être traité comme est traité l’Iran par les Etats-Unis et leurs laquais.

Frank BRUNNER

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source