retour article original

vendredi 28 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (16ème partie) : De mars 2005 à avril 2005
AFP, 4 mars 2005

Irak : Les troupes d’occupation américaines ouvrent le feu sur le convoi d’une otage italienne libérée


ROME (AFP) - La journaliste italienne, Giuliana Sgrena, a été blessée, vendredi 4 mars 2005, peu après sa libération, par des tirs américains contre le convoi qui la conduisait à l’aéroport de Bagdad, et un membre des services secrets italiens a été tué, a annoncé le quotidien Il Manifesto.

La journaliste italienne a été blessée à l’épaule et transportée dans un hôpital américain, a précisé le journal. Le chef de l’équipe des services spéciaux italiens en Irak, Nicola Calibari, a été tué par les tirs, selon la même source.


L’annonce, vendredi 4 mars au soir, de la libération de la journaliste du quotidien Il Manifesto, Giuliana Sgrena, enlevée, le 4 février 2005, à Bagdad, a provoqué un immense soulagement en Italie où la nouvelle a été confirmée par le président de la République, Carlo Azeglio Ciampi.

Le président de la République, Carlo Azeglio Ciampi qui avait appelé, mercredi 2 mars 2005, les ravisseurs à libérer Giuliana Sgrena, 56 ans, ainsi que sa consoeur française, Florence Aubenas, a remercié tous ceux qui ont contribué à cette libération. Spécialiste de l’Irak depuis la première guerre du Golfe, Giuliana Sgrena s’est opposée avec vigueur à la campagne militaire menée par les Etats-Unis depuis mars 2003. "C’est une journée exceptionnelle", a commenté devant la presse très ému son père, Franco Sgrena. Il avait déclaré quelques heures auparavant avoir "rêvé la libération de sa fille".

Au siège du journal, dans le centre historique de Rome, la nouvelle a été accueillie par une explosion de joie mêlée de larmes tandis que les chaînes de télévision nationale interrompaient le cours habituel de leurs programmes pour annoncer l’information.

Le directeur de la rédaction du quotidien, Gabriele Polo, a été informé, vers 17h30 GMT, par les services secrets italiens, de la libération de Giuliana Sgrena, a précisé à l’AFP le chef du service étranger, Maurizio Matteuzzi. "Joie, soulagement, satisfaction" : à droite comme à gauche, au gouvernement comme dans l’opposition, le personnel politique italien a salué avec quasiment les mêmes mots l’événement.

De l’hôpital Gemelli de Rome, où il se remet de problèmes respiratoires aigus ayant entraîné une trachéotomie, le pape Jean Paul 2 s’est dit "très content" de l’issue heureuse du rapt, selon le Vatican. Le souverain pontife avait appelé à la libération de la journaliste italienne et de tous les otages en Irak lors de la prière de l’Angelus du 13 février 2005.

La Maire de Rome, Walter Veltroni, a annoncé que le Colisée serait illuminé toute la nuit pour célébrer l’événement. Depuis plusieurs années le monument est éclairé la nuit à chaque fois qu’un condamné à mort est grâcié dans le monde.

Envoyée spéciale du journal indépendant de gauche en Irak, Giuliana Sgrena avait été enlevée alors qu’elle préparait un reportage sur des réfugiés de Falloujah venus s’abriter dans une mosquée de Bagdad, après les bombardements américains sur cette ville. Une cassette-vidéo avait été diffusée, le 16 février 2005, dans laquelle Giuliana Sgrena, en pleurs, demandait au peuple italien de faire pression sur le gouvernement pour que les troupes étrangères se retirent d’Irak.

Une manifestation, organisée par le quotidien, avait rassemblé 500000 personnes, le 19 février, dans la capitale italienne. Les manifestants avaient également demandé la libération de la journaliste française du quotidien Libération, Florence Aubenas, enlevée, à Bagdad, le 5 janvier 2005, avec son guide irakien Hussein Hanoun al-Saadi.

L’Italie a soutenu l’intervention américaine dans ce pays et a envoyé un contingent de 3000 hommes à Nassiriyah, en juin 2003.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source