retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burkina Faso
AFP, 13 février 2004

Burkina-Faso : Violente manifestation de commerçants contre la police à Ouagadougou


Scène de rue à Ouagadougou

Des dizaines de jeunes commerçants ont manifesté violemment vendredi matin dans le sud de la capitale burkinabè, Ouagadougou, pour protester contre une opération de police qui a fait de nombreux blessés lors d’un rassemblement de commerçants la veille, a constaté un correspondant de l’AFP. Armés de planches et de pierres, une foule de jeunes surexcités a déferlé dans le quartier de Gounghin (sud), où ils ont cassé des feux de signalisation et ont bloqué la circulation à l’aide de pneus enflammés, de blocs de pierre et de panneaux publicitaires arrachés.

"Simon (Simon Compaoré, le maire de Ouagadougou, ndlr) assassin !", "A bas Simon !", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants, qui accusent le maire de la capitale de vouloir céder à de gros commerçants la gestion du plus grand marché de la ville et du Burkina, "Rood Wooko", ravagé en mai 2003 par un gigantesque incendie et fermé depuis lors.

Burkina-Faso


Sur l’avenue Kadiogo, seul passage menant aux autres quartiers du sud et à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, la circulation est paralysée sur au moins 3 km, obligeant les usagers à faire de longs détours.

La plupart des commerçants des environs ont tiré leurs rideaux de fer par peur de pillages mais le centre-ville est épargné par ce mouvement de colère. Casqués, fusil lance-grenades à la main, de petits détachements de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) attendent à l’ombre des arbres ou dans leurs véhicules chargés de caisses de grenades lacrymogènes, mais ils n’étaient pas intervenus à la mi-journée.

Scène de rue à Ouagadougou

Jeudi 12 février 2004, des centaines de commerçants s’étaient rassemblés à l’appel de syndicats près du marché central de Ouagadougou pour une "réunion d’information" sur l’avenir de "Rood Wooko". Selon des témoins interrogés par l’AFP, des policiers sont rapidement intervenus pour disperser le rassemblement et "plusieurs dizaines de blessés" ont été enregistrés dans les rangs des participants lors de l’opération, a indiqué une source médicale. "A peine la réunion débutée, il y a eu des détonations, puis des grenades lacrymogènes qui pleuvaient sur nous", a raconté à l’AFP un manifestant, blessé aux deux jambes par des éclats de grenades lacrymogènes. "Notre assemblée n’était rien d’autre qu’une réunion d’information", a affirmé Elhadj Issaka Kafando, président des commerçants.Selon le quotidien officiel Sidwaya, plusieurs blessés souffrent de brûlures graves et deux autres ont affirmé avoir été atteints par des "balles réelles". Plusieurs journalistes ont également été frappés par des éléments de la CRS déployés sur les lieux. Selon leurs rédactions, les policiers ont également saisi une caméra de la télévision publique et le matériel d’un photographe et d’un autre journaliste appartenant à des quotidiens indépendants.

Les autorités burkinabè et les responsables des forces de l’ordre n’étaient pas joignables vendredi matin pour réagir à ces violences.

Agence France Presse

Mosquée à Ouagadougou

Drapeau du Burkina Faso

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source