retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
AFP, 11 mars 2005

Proche Orient : Israël envisage de confier à l’Egypte le contrôle d’une zone tampon à Gaza


Vue de Jérusalem

JERUSALEM (AFP) - Israël, après des mois d’hésitation, semblait, vendredi 11 mars 2005, disposé à confier à l’Egypte le contrôle d’une zone tampon frontalière dans la bande de Gaza, ouvrant la voie à un retrait total de son armée dans le cadre du plan de désengagement du Premier ministre Ariel Sharon.

Vue de Sharm El-Sheikh


Selon des sources militaires israéliennes, "un accord de principe" sur le déploiement d’une force égyptienne de 750 hommes le long des huit kilomètres de la zone tampon, dite du "couloir de Philadelphie", a été conclu, jeudi 10 mars 2005, à Charm El-Cheikh, en Egypte entre le président égyptien, Hosni Moubarak, et le ministre israélien de la Défense, Shaoul Mofaz. Le déploiement de la force égyptienne devrait être opéré en coordination avec l’armée israélienne quelque temps après l’évacuation des colons et des soldats israéliens de la bande de Gaza, qui doit commencer le 20 juillet 2005.

Shaul Mofaz en compagnie de Mohamed Hosni Moubarak

"Cela ne sera pas fait immédiatement (...) mais l’armée ne restera pas longtemps dans le couloir de Philadelphie", a affirmé une source militaire israélienne citée par le quotidien Haaretz. Selon cette source, la mise en oeuvre de l’accord de principe conclu par MM. Moubarak et Mofaz dépendra largement des efforts qui seront déployés par l’Egypte pour combattre le trafic d’armes depuis son territoire vers la bande de Gaza.

Déplacement d’un mobile home de la colonie israélienne de Beit El, le 4 août 2003

Ni le ministère de la Défense ni M. Mofaz n’ont officiellement confirmé un futur retrait de l’armée israélienne du couloir de Philadelphie. "Nous n’avons pas encore décidé que l’armée quittera Philadelphie. Si le trafic d’armes s’arrête, nous l’envisagerons", a déclaré M. Mofaz à la presse après sa rencontre avec le président égyptien.

Des colons israéliens à Nofei Nehemiah, le 9 mars 2005

Des sources militaires israéliennes citées par la presse ont été plus explicites. "Sur le long terme, nous ne pouvons pas logiquement garder le contrôle du couloir de Philadelphie", a déclaré l’une d’elles au Haaretz. Selon cette source, Israël ne veut pas se maintenir dans une zone qui pourrait devenir une cible des attaques palestinienne, comme c’est le cas des fermes de Chebaa, un secteur controversé à l’intersection des frontières du Liban, de Syrie et de l’Etat hébreu où ce dernier s’est maintenu après son retrait du Liban sud en mai 2000. Les forces israéliennes qui contrôlent les fermes de Chebaa, conquises à la Syrie en 1967, sont devenues depuis le retrait du Liban sud une cible pour la milice libanaise du Hezbollah.

Des soldats israéliens évacuent une manifestante opposée au retrait de la bande de Gaza, à Kissufim, le 9 mars 2005

Dès l’annonce de son plan d’évacuer les 21 colonies de la bande de Gaza, Israël s’était dit favorable à un rôle sécuritaire de l’Egypte à sa frontière avec ce territoire palestinien, un bastion des extrémistes du Hamas et du Jihad islamique. L’Egypte, en accord avec l’Autorité palestinienne, demandait pour sa part à Israël d’évacuer la totalité de ses troupes du couloir de Philadelphie et de le restituer aux Palestiniens.

Des soldats israéliens contrôlent la charrette d’un Palestinien, à Hebron, le 7 mars 2005

M. Sharon a affirmé, dans un entretien publié, jeudi 10 mars 2005, par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung qu’"Israël veut se dégager pleinement de ses responsabilités pour la bande de Gaza". "Nous voulons quitter le couloir de Philadelphie (...) Nous ne pouvons cependant nous (en) retirer que si l’Egypte se montre active et opère plus en profondeur dans le Sinaï pour stopper au plus tôt le danger du terrorisme", a-t-il dit.

Un poste de contrôle israélien à l’entrée de Jericho, le 9 mars 2005

L’Egypte et Israël négocient depuis plusieurs mois un avenant à leur accord de paix de 1979, qui permettrait le renforcement du contrôle égyptien à la frontière avec la bande de Gaza.

Agence France Presse

Vue de Jérusalem

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source