retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption
Le Monde, 16 mars 2005

Corruption : Des projets injustifiés qui ravagent l’environnement

par Babette STERN


Vue du barrage de Yacyreta

Les coûts de la corruption dans le secteur de la construction et du génie civil ne sont pas uniquement financiers. Les dégâts causés par des catastrophes naturelles, telles que les tremblements de terre, sont amplifiés dans les régions où les pratiques de construction non conformes sont monnaie courante ou quand les inspecteurs touchent des pots-de-vin pour passer outre les règles de planification et de construction. La corruption fait également des ravages sur l’environnement. De nombreux projets doivent leur avancement au seul fait que des pots-de-vin ont été versés pour fermer les yeux sur les risques sociaux et environnementaux, souvent avec la complicité des consultants.


Le barrage de Yacyreta, érigé à la frontière de l’Argentine et du Paraguay, est le plus grand projet hydroélectrique de l’Amérique latine. Financé avec le soutien de la Banque mondiale, il inonde les marais d’Ibera -un écosystème resté inviolé depuis des siècles. Suite aux dépassements de coûts, l’électricité générée à Yacyreta n’est pas rentable et doit être subventionnée par l’Etat. Selon le directeur du bureau de vérification générale du Paraguay, les dépenses investies dans ce projet "ne sont pas soutenues par les justificatifs juridiques et administratifs nécessaires" pour un montant de 1,87 milliard de dollars.

Vue du barrage de Yacyreta

Le barrage de Jatigede, sur le fleuve Cimamuk, en Indonésie, va submerger 49 km2 de terres, noyer 30 villages et causer le déplacement d’environ 41000 personnes. Sa construction devait commencer cette année. Les experts environnementaux affirment que cet ouvrage n’est pas nécessaire.

Vue de la vallée du Cimanuk

Le réservoir du barrage de Bakun, au Sarawak, en Malaisie, va submerger 700 km2 de forêt équatoriale. Le contrat de développement de ce projet a été confié à un exploitant en bois, ami du gouverneur de Sarawak. Le maître d’œuvre n’avait jamais développé ce type d’ouvrage auparavant. Le gouvernement provincial du Sarawak est toujours à la recherche de clients pour consommer l’électricité qui sera produite par ce barrage.

La centrale nucléaire de Bataan, aux Philippines, a coûté plus de 2 milliards de dollars. L’entrepreneur américain Westinghouse a admis avoir payé 17 millions de dollars de commissions à un ami de l’ancien président Marcos pour l’obtention du contrat. Le réacteur est situé sur une ligne de faille active, ce qui représente un risque majeur de contamination nucléaire si la centrale devient un jour opérationnelle. Terminée en 1980, la centrale n’a pas produit 1 watt d’électricité.

Ferdinand Marcos

Le barrage de Bujagali, en Ouganda, fait actuellement l’objet d’une enquête pour corruption par la Banque mondiale et quatre pays différents, après qu’une filiale de la société de construction norvégienne Veidekke eut admis le versement de pots-de-vin à un haut fonctionnaire ougandais. Les effets cumulés sur l’environnement du barrage de Bujagali et d’autres barrages sur le Nil n’ont jamais été évalués.

Babette STERN

Vue des chutes du Bujagali

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Babette STERN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source