retour article original

samedi 26 juillet 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (10ème partie) : De janvier 2005 à mars (...)
ATS, 23 mars 2005

Proche Orient : Washington exhorte Israël à mettre fin à la colonisation

Suivi d’un commentaire


Des dauphins dans le port de Haïfa, le 22 mars 2005

WASHINGTON (ATS) Les Etats-Unis ont de nouveau exhorté, mardi 22 mars 2005, Israël à mettre fin à ses "activités de colonisation". Cet appel a été lancé après que l’Etat hébreu eut annoncé son intention de construire de nouveaux logements dans les colonies israéliennes de Cisjordanie.

Mahmoud Abbas a appelé Israël à remplir ses obligations : "Nous disons à Israël que nous sommes engagés dans la Feuille de route et dans les accords conclus à Charm El-Cheikh, nous espérons toutefois que cet engagement soit réciproque", a t-il déclaré


"Il faut mettre fin aux activités de colonisation", a dit le porte-parole adjoint du département d’Etat Adam Ereli. "C’est un élément vital, essentiel de la Feuille de route qui va de pair avec les engagements des Palestiniens", a-t-il ajouté. Le développement de la colonisation va à l’encontre de la Feuille de route, le plan international de paix israélo-palestinien initié par les Etats-Unis et soutenu par le Quartette (Etats-Unis, Union européenne, ONU, Russie), a réaffirmé M. Ereli, en indiquant que deux hauts responsables américains allaient insister sur ce point lors de leurs discussions en Israël cette semaine.

Manifestation contre le Mur israélien, à Bil’n, le 22 mars 2005

L’ambassadeur américain, Dan Kurtzer, a rencontré, lundi 21 mars 2005, des responsables israéliens, a-t-il indiqué. "Nous sommes opposés à des actions unilatérales par l’une ou l’autre partie", a encore dit le porte-parole.

Manifestation contre le Mur israélien, à Bil’n, le 22 mars 2005

Israël a annoncé, lundi 21 mars 2005, qu’il allait continuer à construire des logements dans les trois principales colonies israéliennes de Cisjordanie, Maalé Adoumim (à l’est de Jérusalem), Goush Etzion (au sud de Jérusalem) et Ariel (nord de la Cisjordanie). Les Palestiniens estiment que cette décision pourrait torpiller la récente relance du processus de paix israélo-palestinien.

Agence télégraphique suisse

Démantèlement du point de contrôle israélien d’Anab, près de Tulkarem, le 22 mars 2005

Commentaire

La volonté de paix du gouvernement israélien apparaît de plus en plus douteuse, car ce gouvernement sait fort bien que les Palestiniens ne sauraient admettre l’annexion de leurs terres. On rappellera que la paix entre Israël et l’Egypte n’a été possible qu’en échange de la restitution à l’Egypte de la péninsule du Sinaï occupée par les Israéliens. De même, la Syrie exige la restitution du Golan en échange de la paix. Le rejet, par Israël, de l’offre de paix globale arabe, en échange de l’évacuation complète des territoires occupés, démontre clairement qu’aux yeux du gouvernement israélien la spoliation de ces terres est bien plus importante que la paix.

Démantèlement du point de contrôle israélien d’Anab, près de Tulkarem, le 22 mars 2005

Le "complexe du peuple élu", caractéristique des juifs, obéit à une logique raciste analogue à la théorie nazie des Aryens et des sous-hommes. Cet esprit pervers sous-tend toute la politique des Israéliens à l’encontre des Palestiniens. On ne trouve pas du tout cet esprit du côté des Arabes. Alors que la démarche des Arabes est sincère, les Israéliens répondent par l’arrogance et la duplicité.

Des soldats israéliens près de Tulkarem, le 22 mars 2005

L’évacuation de la bande de Gaza par les Israéliens n’obéit pas à un désir de restitution des terres concernées aux Palestiniens. Elle obéit à un impératif militaire. Ariel Sharon estime que les colonies israéliennes de la bande de Gaza sont militairement indéfendables. Elles sont exposées en permanence au tir de roquettes palestiniennes.

Des soldats israéliens près de Tulkarem, le 22 mars 2005

Si le gouvernement israélien insiste tant sur le désarmement des mouvements de résistance palestiniens, c’est probablement parce qu’il est bien placé pour savoir que le processus de paix n’aboutira pas et qu’une fois son échec constaté la résistance armée palestinienne reprendra. Cette certitude de l’échec programmé du processus de paix explique que le gouvernement israélien tienne tant à poursuivre la construction du mur, alors que ce mur pedrait sa raison d’être dans un contexte de paix.

Des policiers palestiniens à l’entrée de Tulkarem, le 22 mars 2005

Par ailleurs, on relèvera que si, de nos jours, le gouvernement israélien affecte de condamner le terrorisme, c’est pourtant au moyen du terrorisme que les immigrants juifs se sont imposés en Palestine après la Seconde guerre mondiale. Les internautes peuvent lire, à la rubrique Histoire de ce même site web, le très intéressant récit du président américain Harry Truman : "Le partage de la Palestine et la création d’Israël". C’est au moyen du terrorisme -y compris le massacre de villages entiers- que les Israéliens ont provoqué l’exode des Palestiniens pour, ensuite, décréter leurs terres "vacantes" et s’en emparer.

Un policier palestinien à Tulkarem, le 22 mars 2005

L’histoire d’Israël n’est qu’une interminable succession de spoliations et de crimes perpétrés au préjudice des Palestiniens. Ce n’est pas par hasard que des adolescents palestiniens en arrivent à se faire sauter dans des attentats kamikazes. En persistant dans cette logique qui a toujours été la sienne, au lieu d’adopter une logique diamétralement inverse, le gouvernement israélien est directement responsable de tous les malheurs qui continueront de s’abattre sur les citoyens israéliens. Aucun peuple ne tolérerait, à son préjudice, le comportement des Israéliens au préjudice des Palestiniens. Leur résistance a toujours été et demeure légitime.

Frank BRUNNER

Un policier palestinien à Tulkarem, le 22 mars 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source