retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (1ère partie) : Du 21 décembre 2003 au 29 février (...)
AFP, 14 février 2004

Les Chiites étudient leur réponse à l’exclusion par l’ONU d’un scrutin rapide en Irak


BAGDAD (AFP) - La communauté chiite majoritaire d’Irak étudiait sa réponse samedi à l’annonce par l’ONU de l’impossibilité de tenir des élections directes rapides dans le pays, alors que les Etats-Unis ont de nouveau insisté sur un tel scrutin après le transfert le 30 juin du pouvoir aux Irakiens.

La mission de l’Onu dépêchée en Irak par le secrétaire général de l’Onu, à la demande de Washington, a écarté la possibilité de tenir des élections directes avant le transfert des pouvoirs le 30 juin, et son chef Lakhdar Brahimi a aussi mis en garde les Irakiens contre une guerre civile.


"Les élections auront lieu quand le pays sera prêt, et ce sera après le transfert des pouvoirs de la coalition" aux Irakiens, a affirmé le porte-parole de la mission, Ahmad Fawzi.

"Nous sommes tous d’accord sur le fait que les élections sont très importantes, mais les Irakiens doivent savoir qu’il s’agit d’un processus très compliqué qui ne peut avoir lieu sans une bonne préparation", a déclaré de son côté M. Brahimi.

M. Brahimi qui a rencontré le grand ayatollah Ali Sistani, chef spirituel de la communauté chiite, et les membres du Conseil de gouvernement transitoire irakien, a ajouté que les élections devraient se tenir "au moment opportun, une fois les procédures nécessaires effectuées". Il a aussi assuré que les élections ne devaient pas être "assujetties à un délai".

Le responsable onusien semblait ainsi aller à contre-courant des demandes de l’ayatollah Sistani, qui réclame des élections directes avant le 30 juin.

Il a en revanche fait un geste en sa direction en assurant que "l’Onu souhaiterait être présente à chacune des étapes à partir de maintenant" dans le but d’aider les Irakiens qui "préfèrent un retour de la souveraineté plus tôt que tard".

M. Brahimi a précisé que le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, pourrait remettre ses conclusions sur la tenue des élections dans huit à dix jours.

Par ailleurs, il a déclaré que la sécurité devrait être nettement améliorée avant le retour des employés étrangers de l’Onu en Irak.

A Washington, le porte-parole du département d’Etat Richard Boucher a affirmé que "la priorité, telle que nous l’avons définie le 15 novembre (2003) est de transférer le pouvoir (aux Irakiens) sur une base légitime, solide, le 30 juin et d’avoir des élections après, étant donné le temps nécessaire pour les préparer".

"Ce que nous faisons, c’est trouver les mécanismes pour respecter cette date et transférer la souveraineté aux Irakiens", a-t-il ajouté, avant de préciser : "nous ne cherchons pas à repousser l’échéance".

"Il y a un large consensus selon lequel les élections doivent être soigneusement préparées et organisées, et les conditions de sécurité matérielle et politique (assurées), pour donner la meilleure chance d’obtenir un résultat qui reflète les souhaits du peuple irakien", a dit M. Boucher.

Par ailleurs, les violences ont continué. Des assaillants ont attaqué samedi à la roquette anti-char et à l’arme automatique une position de la nouvelle armée irakienne dans la ville rebelle de Falloujah, à l’ouest de Bagdad. Les assaillants ont pris la fuite à bord d’une voiture et les forces américaines ont bouclé le secteur.

Sur un autre plan, après avoir résisté pendant des mois, la Commission du renseignement du Sénat américain, à majorité républicaine, a voté pour enquêter sur une possible exagération du renseignement sur l’Irak par l’Administration Bush pour justifier la guerre.

Jusqu’à présent, les républicains s’étaient opposés à étendre leur enquête vers les plus hauts responsables de l’administration pour la limiter aux lacunes et erreurs du renseignement à propos du danger présenté par les éventuelles armes de destruction massive irakienne dont aucune n’a encore été trouvée.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source