retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Irak
29 mars 2005

Corruption : L’attitude complaisante du gouvernement de George Walker Bush à l’égard des profiteurs de la guerre en Irak


Une patrouille américaine, à Bagdad, le 11 mars 2005

Dans son édition en ligne, fin mars 2005, Newsweek a publié un article consacré à la corruption en Irak et à l’attitude complaisante du gouvernement de George Walker Bush.

Irak


L’article, signé par Michael Hirsh, commence par citer le cas de Mike Battles et Scott Custer, dirigeants de la société Custer Battles, qui ont surfacturé des millions de dollars à l’Autorité provisoire de la coalition. Fin 2004, Steven Shaw, de l’US Air Force, a demandé que Custer Battles soit bannie de futurs contrats américains, l’accusant notamment d’avoir créé des société fictives, afin de gonfler ses coûts et accroître ses profits.

Les surfacturations de Custer Battles

Lorsque Steven Shaw et Richard Ballard ont déposé plainte, au nom de l’armée des Etats-Unis, contre Custer Battles, sur la base d’une loi américaine réprimant les profiteurs de guerre et les fraudeurs, l’administration Bush a refusé de se joindre à la procédure. Alan Grayson, un avocat, accuse le gouvernement des Etats-Unis de ne pas avoir levé le plus petit doigt pour récupérer 50 millions de dollars. Au cours des derniers mois, le juge fédéral T.S. Ellis 3, chargé du dossier, a demandé, à deux reprises, au Département de la Justice des Etats-Unis de se joindre à la procédure, sans obtenir de réponse.

Un blindé américain à Bagdad, le 20 mars 2005

En privé, les responsables de l’administration Bush soutiennent que l’Autorité provisoire de la coalition serait une institution multinationale et non une entité du gouvernement des Etats-Unis, de sorte que le gouvernement des Etats-Unis n’aurait pas été victime de fraude. Mais les avocats de l’accusation soulignent que George Walker Bush a signé, en 2003, une loi autorisant le versement de 18,7 milliards de dollars aux autorités américaines en Irak, y compris l’Autorité provisoire de la coalition « en tant qu’entité du gouvernement des Etats-Unis ». Et plusieurs contrats de Custer Battles se réfèrent à l’autre partie contractante comme étant « les Etats-Unis d’Amérique ».

Un blindé américain à Taji, le 21 mars 2005

L’attitude complaisante du gouvernement des Etats-Unis est également critiquée dans un second article de Newsweek signé par Mark Hosenball et Juanita Olaya. L’Irak est devenu une « zone libre pour les fraudeurs », selon les termes de Frank Willis, un ex-conseiller de l’Autorité provisoire de la coalition. Après la chute de Bagdad, il n’existait plus de lois irakiennes, parce que le régime de Saddam Hussein avait été aboli. Mais si les lois américaines ne s’appliquaient pas non plus, tout était permis, explique Frank Willis. Selon lui, l’attitude du gouvernement des Etats-Unis ouvre la porte a bien davantage de fraudes à l’avenir.

Des résistants irakiens, à Ramadi, le 26 mars 2005

Si des mesures urgentes ne sont pas prises, l’Irak deviendra le plus grand scandale de corruption de l’histoire, avertit Transparency International, dans un récent rapport. Le sénateur Charles Greassley ajoute que, si le gouvernement des Etats-Unis décide que le False Claims Act ne s’applique pas en Irak, « toute récupération d’une somme frauduleusement extorquée, à cause du gaspillage, ou à cause d’abus avec l’argent des contribuables, sera interdite. »

Frank BRUNNER

Des résistants présumés arrêtés à Baaqouba, le 29 mars 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source