retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (3ème partie) : De janvier à décembre 2005
AFP, 10 avril 2005

France : Jean-Marie Le Pen lance sa campagne contre la Constitution européenne en prophétisant la victoire du non


STRASBOURG (AFP) - Le président du Front National, Jean-Marie Le Pen, a lancé, samedi 9 avril 2005, à Strasbourg, la campagne nationale de son parti en prophétisant la victoire du "non" au référendum sur la Constitution européenne et en dénonçant l’ensemble de la construction de l’Europe.


"La France d’en bas commence à en avoir assez de s’appauvrir. Elle va prendre sa revanche sans bruit, mais le résultat du référendum va éclater comme une bombe, le soir du 29 mai", a estimé M. Le Pen pour qui "le non est une tendance lourde". "Le (camp du) oui va payer le 21 avril (2002, lorsque M. Le Pen avait atteint le 2ème tour de la présidentielle, ndlr) : le 29 mai, ça va être le boomerang du 21 avril", a déclaré M. Le Pen devant ses élus réunis en convention. "Le 1er mai 1940 l’armée française pouvait encore se prendre pour la première armée du monde, mais cette illusion n’a pas duré un mois" (...) "l’établissement politique corrompu et décadent qui gouverne la France sera en face du même constat à la fin du mois de mai 2005", a-t-il déclaré.

Ironisant sur la relative absence de son parti dans la campagne nationale du référendum à ce stade, M. Le Pen a déclaré : "le FN va encore étonner son monde pas plus tard que dans le mois de Marie, du 1er au 29 mai". Il a annoncé, pour le 1er mai 2005, date du traditionnel défilé du FN pour la fête de Jeanne d’Arc, la tenue du "plus grand meeting du non", place de l’Opéra à Paris.

"Nous allons placer le débat sur l’adoption de la Constitution sur son terrain qui, selon moi, n’est pas économique et social mais national", a-t-il annoncé, avec comme slogan "Pour la France avec Jeanne, celle qui a dit non". "Nous allons être les seuls sur ce terrain là : à se demander si les poilus de Verdun ou si les résistants de 1944 luttaient pour améliorer les circuits économiques européens, si c’est pour cela qu’ils ont donné leur vie", a-t-il estimé.

Se targuant d’"être un des rares survivants des gens qui n’ont pas voté le traité de Rome" en 1957, M. Le Pen a aussi dénoncé l’ensemble de la construction européenne. "Cinquante ans après, il n’y a plus de mines, plus de fonderie, plus de sidérurgie et quasiment plus de métallurgie en Europe (...), tandis que se déploie le cortège funèbre des corps de métiers disparus, derrière lequel se distingue la misère d’ouvriers sans emplois, de cinquantenaires impossibles à reconvertir, de jeunes sans perspective", a-t-il affirmé.

"Le marché commun, mis en place en 1958, pouvait à la rigueur être utile, s’il avait été conçu comme un espace commercial protégé" et "littéralement, la France s’est ouverte à tous les vents de la mondialisation démographique, commerciale et financière", a-t-il estimé. Au passage, M. Le Pen a stigmatisé le "collaborationnisme" au Parlement européen "où un certain nombre de gens se piquent de faire leurs discours non pas dans leur langue nationale mais en anglais".

Pour M. Le Pen, "il faudra bien en revenir à la forme la plus performante, la plus efficace de défense des intérêts des citoyens, c’est la nation". Mais, interrogé sur la nécessité ou non pour la France de sortir de l’Union européenne en cas de victoire du non, il a éludé : "Est-ce que l’Ukraine a eu besoin de sortir de l’URSS ? Non (...)". "Nous sommes liés par des traités, puisque cette constitution est la synthèse des traités précédents, si le non l’emporte, il conviendra de dégager une autre forme de collaboration", a-t-il néanmoins déclaré.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source