retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (1ère partie) : Du 21 décembre 2003 au 29 février (...)
AFP, © SDA-ATS News Service, AP, 15 février 2004

La réunion des voisins de l’Irak appelle à la fin de l’occupation du pays

Suivi de : "Accord entre l’Irak et ses voisins contre les infiltrations" ; et de : "Fin de la réunion des pays voisins de l’Irak"


KOWEIT (AFP) - Les pays voisins de l’Irak ont solennellement appelé dimanche au terme de leur réunion à Koweït à la fin de l’occupation de l’Irak "le plus tôt possible", plaidant pour un rôle vital des Nations unies dans le processus de transfert de souveraineté aux Irakiens.

Un communiqué final, adopté après de longs débats samedi soir, souligne "l’importance de développer le rôle de l’Onu", pour qu’elle prépare le terrain "à la fin de l’occupation le plus tôt possible" de l’Irak.


Ce texte en 11 points ne mentionne pas nommément les Etats-Unis, principale puissance occupante de l’Irak depuis le renversement de l’ancien régime baassiste en avril 2003.

Pourtant, le ministre syrien des Affaires étrangères Farouk Al-Chareh, soutenu par son homologue iranien Kamal Kharazi, avait réclamé que le texte final mentionne "la fin de l’occupation américaine de l’Irak", ont indiqué à l’AFP des membres du comité de rédaction.

Le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a estimé qu’il n’était pas nécessaire de hausser le ton, la mention de la souveraineté et de l’indépendance de l’Irak étant une référence claire à la fin de l’occupation, ont précisé ces sources.

"On ne peut pas parler de retrait immédiat des forces d’occupation avant l’établissement d’une autorité représentative et un gouvernement fort qui prenne la situation en mains", a déclaré dimanche le ministre jordanien des Affaires étrangères Marwan Moasher.

En outre, les pays voisins ont "dénoncé les actes terroristes" en territoire irakien et se sont félicités des "résolutions de l’Onu, en particulier la 1511, qui appellent à un calendrier précis pour le transfert des pouvoirs aux Irakiens".

Dans une déclaration sans précédent dans la région, l’Irak, le Koweït, l’Arabie Saoudite, la Syrie, la Jordanie, l’Egypte, l’Iran et la Turquie ont en outre salué "la décision du peuple irakien de juger les dirigeants de l’ancien régime irakien, en particulier l’ancien président, pour crimes contre l’Humanité".

Le communiqué exprime le "soutien aux efforts" du conseil du gouvernement provisoire en Irak pour "assumer ses responsabilités". Il exprime le souhait des pays voisins de voir un "gouvernement irakien largement représentatif".

Le communiqué dénonce les "crimes de l’ancien régime" évoquant notamment les "fosses communes", déplore que "les prisonniers koweïtiens et d’autres pays, aient été tués par le régime" déchu et demande que soient "jugés les auteurs" de ces crimes.

Le texte "condamne les attaques et actes de terrorisme qui visent des civils et policiers irakiens, ainsi que des employés d’organisations humanitaires, de l’Onu et des diplomates", mais ne fait pas référence aux attaques contre les soldats américains ou de la coalition.

Dans une déclaration à l’AFP, M. Zebari a annoncé que son pays et plusieurs de ses pays voisins allaient former des commissions de sécurité bilatérales afin de contrôler l’infiltration en Irak de membres de groupes "terroristes".

"Nous avons demandé à nos voisins de nous aider à contrôler les frontières de façon plus efficace pour empêcher les groupes terroristes d’entrer en Irak pour perpétrer des attentats terroristes et criminels", a ajouté M. Zebari.

Ces pays voisins "ont donné une réponse positive. La prochaine étape sera la formation de commissions de sécurité bilatérales réunissant l’Irak d’une part et la Syrie, l’Irak, la Jordanie, la Turquie, et peut-être l’Arabie saoudite d’autre part", a-t-il ajouté.

Mais M. Chareh a réaffirmé à l’occasion de cette réunion qu’il n’y avait "aucune infiltration à partir du territoire syrien" vers l’Irak.

La prochaine réunion des voisins de l’Irak doit se tenir en Egypte à une date qui n’a pas été fixée.

La réunion de Koweït était la cinquième du genre après celle d’Istanbul (janvier 2003), de Ryad (avril 2003), de Téhéran (mai 2003) et de Damas (novembre 2003).

© AFP Agence France-Presse

Accord entre l’Irak et ses voisins contre les infiltrations

KOWEÏT - L’Irak et plusieurs de ses voisins ont conclu un accord pour lutter contre l’entrée dans le pays de membres de groupes terroristes. Ils vont former des commissions de sécurité pour contrôler les frontières. La Syrie est dans leur ligne de mire.

"La tâche de ces commissions sera d’échanger des informations et de contrôler les mouvements de ces terroristes étrangers et de groupes criminels qui viennent mener des attaques et gagner du terrain au détriment du peuple irakien", a-t-il ajouté. "Nous pensons que ces pays peuvent faire davantage pour nous aider" à lutter contre ce problème, a déclaré le ministre irakien des affaires étrangères Hoshyar Zebari.

La coalition dirigée par les Etats-Unis en Irak a pointé du doigt la participation d’étrangers, infiltrés notamment depuis la Syrie selon elle, à des attaques suicides meurtrières qui ont frappé le pays depuis la chute du régime de Saddam Hussein et l’occupation.

La Syrie a toujours rejeté ces accusations. Son chef de la diplomatie Farouk al-Chareh a réaffirmé qu’il n’y avait "aucune infiltration à partir du territoire syrien" vers l’Irak. "Vous pouvez le demander au ministre irakien des affaires étrangères", a-t-il déclaré.

© SDA-ATS News Service

Fin de la réunion des pays voisins de l’Irak

KOWEIT (AP) - Les pays voisins de l’Irak ont promis dimanche, au terme de deux jours d’entretiens au Koweït, de ne s’ingérer dans les affaires irakiennes mais ils ont exhorté les forces de la coalition dirigée par les Etats-Unis à remplir leur devoir en matière de sécurité.

Les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de l’Irak ont exprimé "leur engagement en faveur du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures (de l’Irak)" et "appelé d’autres parties à faire de même".

Dans une déclaration rendue publique à l’issue de leur première réunion qui s’est tenue en présence d’un représentant irakien, les ministres ont aussi souligné l’importance d’un Irak uni, s’engageant à soutenir les Irakiens lors du transfert du pouvoir, à respecter leur souveraineté et les souhaits de leur peuple.

Les participants ont par ailleurs condamné les actes de terrorisme commis en Irak, exprimant le souhait que leurs auteurs soient identifiés et punis. Ils ont appelé l’Autorité de la coalition dirigée par les Etats-Unis à "assumer ses responsabilités (...) conformément aux accords internationaux".

Les ministres ont en outre exhorté les Nations unies à assumer leur responsabilité centrale pendant la période de transition, qui comprend le fait de préparer les conditions pour un retrait des forces d’occupation (dirigées par les Etats-Unis) "aussi rapidement que possible", d’offrir des conseils et une expertise technique dans l’élaboration de la contitution, de tenir des élections et "de hâter le transfert de pouvoir".

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source