retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Irak
AP, 15 mai 2005

Corruption : Mandats d’arrêt lancés contre deux anciens ministres irakiens


Des habitants d’Obeidi manifestent contre l’arrestation, par les troupes d’occupation américaines, d’une femme âgée de 57 ans et de son fils aveugle âgé de 14 ans, à Ish, le 14 mai 2005

BAGDAD (AP) - Les autorités irakiennes ont lancé des mandats d’arrêt contre deux anciens ministres de l’après-Saddam Hussein, accusés de corruption, a-t-on appris, samedi 15 mai 2005, auprès des services du nouveau Premier ministre, Ibrahim Al-Jaafari, et de son parti.

Irak


L’ancien ministre des Transports, Louei Hatim Sultan Al-Aris, ainsi que l’ex-ministre du Travail, Leila Abdul-Latif, font l’objet de poursuites dans des affaires de corruption distinctes, a précisé Jaouad Al-Maliki, haut responsable du parti Dawa, la formation du nouveau Premier ministre. M. Al-Aris est accusé de corruption administrative, tandis que Mme Abdul-Latif est à la fois recherchée sous l’accusation de "corruption financière" et accusée d’avoir rétabli dans leurs fonctions d’anciens responsables du parti Baas au pouvoir sous Saddam Hussein, a précisé M. Al-Maliki. M. Al-Aris a quitté l’Irak à une date inconnue et on ignore dans quel pays il se trouve actuellement, a-t-il indiqué. En revanche, Mme Abdul-Latif se trouve toujours en Irak.

Ibrahim Al-Jaafari

L’Associated Press n’est pas parvenue à joindre, samedi 14 mai 2005 au soir, l’ancienne ministre du Travail dans le gouvernement du précédent Premier ministre, Iyad Allaoui. Un responsable des services de l’actuel Premier ministre, Ibrahim Al-Jaafari, a confirmé que des mandats d’arrêt avaient été lancés contre M. Al-Aris et Mme Abdul-Latif, sans fournir plus de détails.

Le lieu d’un attentat, à Bagdad, le 14 mai 2005

Un autre ancien ministre, Hazem Shaalan, qui détenait précédemment le portefeuille de la Défense, a reçu lui aussi l’ordre de ne pas quitter le pays, a rapporté pour sa part Ali Faiçal, un responsable du Conseil politique chiite, une organisation qui regroupe une quarantaine de partis politiques chiites. Au début de l’année, M. Shaalan a été critiqué pour le transfert controversé d’une somme de 500 millions de dollars (383 millions d’euros) vers une banque libanaise pour l’achat d’armes.

Associated Press

Le lieu d’un attentat, à Bagdad, le 14 mai 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source