retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (2ème partie) : Février 2004
AFP, 17 février 2004

Proche-Orient : Les colons infligent un double camouflet à Ariel Sharon


JERUSALEM (AFP) -Les colons ont infligé, mardi 17 février 2004, un double camouflet au Premier ministre Ariel Sharon et à son plan de séparation unilatérale d’avec les Palestiniens en arrachant des crédits supplémentaires et en annonçant qu’ils veulent faire promulguer une loi interdisant à l’armée de les évacuer.

Ce plan prévoit notamment l’évacuation de 17 implantations de la bande de Gaza et de plusieurs autres isolées en Cisjordanie. Par huit voix contre sept, la commission des Finances du parlement a octroyé lundi soir une rallonge de près de 20 millions de dollars à la colonisation dans les territoires occupés.


Ce budget prélevé sur les réserves du ministère de l’Habitat initialement affectées aux sans-logis sera en fait surtout consacré à la protection des maisons juives dans le secteur oriental arabe annexé de Jérusalem, où M. Sharon lui-même en possède une, ainsi qu’à la construction d’édifices publics dans diverses implantations en Cisjordanie.

Selon les commentateurs politiques, le Parti national religieux (PNR), émanation politique des colons, a ainsi forcé la main à M. Sharon et s’est en échange abstenu d’appuyer trois motions de censure du gouvernement repoussées lundi soir.

Le ministre israélien de l’Habitat Effi Eytam, du PNR, a de son côté indiqué au journal Maariv qu’il entendait faire promulguer une loi interdisant à l’armée d’évacuer des colons ou de démanteler leurs demeures. "Pour le bien de l’armée, de l’Etat et de la nation, l’armée israélienne ne doit pas être impliquée dans une affaire sensible qui divise la nation et qui doit être du ressort de la police et des gardes-frontières", a-t-il déclaré. Il a souligné qu’"aujourd’hui, près de 40% des jeunes commandants de l’armée, à partir du grade de lieutenant-colonel portent la kippa" des juifs religieux.

Craignant un bain de sang fratricide, il a expliqué qu’"il est préférable de désamorcer cette bombe avant qu’elle n’explose". "Je m’oppose à tout refus d’obéissance et à toute forme de dissidence, mais je crains les réactions de gens qui se sentent tenus par les impératifs sacrés du judaïsme pour lesquels ils préféreraient mourir plutôt que de les transgresser", a-t-il encore indiqué. Dans le même temps, selon la télévision publique, les colons ont chargé l’un des leurs d’agir au Congrès à Washington afin que ce dernier empêche l’administration américaine d’entériner le plan de séparation unilatérale.

M. Sharon doit présenter jeudi à Jérusalem la nouvelle mouture de ce plan à trois émissaires des Etats-Unis, dont le secrétaire d’Etat adjoint chargé du Proche-Orient, William Burns, avant sa visite à la Maison Blanche prévue en mars.

Sur le terrain, des centaines de travailleurs palestiniens ont bloqué mardi matin le point de passage routier donnant accès à la zone industrielle de Erez, entre la bande de Gaza et Israël, pour protester contre les sévères contrôles sécuritaires sur place.

Un ouvrier palestinien est mort lundi écrasé dans une bousculade par une foule de travailleurs se pressant de passer ces contrôles. Les contrôles pour le passage à Erez ont été renforcés après un attentat suicide le 14 janvier commise par une jeune mère de famille palestinienne, qui a tué quatre Israéliens. Les Brigades Ezzedine Al-Qassam, branche armée du Hamas, et les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, un groupe armé issu du Fatah, le mouvement du dirigeant Yasser Arafat, avaient conjointement revendiqué cette attaque.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source