retour article original

mercredi 19 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Ethiopia
AP, 15 mai 2005

Ethiopia : Le pouvoir interdit les manifestations à l’issue des élections législatives


Vue d’Addis Abeba

ADDIS ABEBA, Ethiopie (AP) - Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a décidé, dimanche 15 mai 2005 au soir, d’imposer une interdiction de toutes les manifestations à Addis Abeba et de placer la police de la capitale sous son autorité directe, à l’issue des élections législatives tenues dans la journée.

Ethiopia


Dans une allocution à la radio d’Etat, le chef du gouvernement a précisé que l’interdiction de manifester entrerait en vigueur lundi 16 mai 2005. L’interdiction de manifester a été décidée, par le Premier ministre, probablement par crainte d’éventuels appels à manifester que pourraient lancer les partis d’opposition en cas de rejet des résultats. "J’ai entendu les commentaires des observateurs étrangers, et les élections se sont déroulées dans le calme et de façon démocratique", a assuré Meles Zenawi dans son allocution radiodiffusée. Le Premier ministre faisait allusion aux déclarations des observateurs internationaux, selon lesquels le seul vrai problème a été les longues files d’attente, parfois de plusieurs heures, devant les bureaux de vote en raison de la forte participation. M. Meles, considéré comme l’un des dirigeants les plus progressistes du continent africain, a assuré que son gouvernement reconnaîtrait la défaite, si les observateurs internationaux annonçaient une victoire de l’opposition.

Meles Zenawi

Cette interdiction de manifester a été décidée alors que les partis d’opposition devaient se réunir, dans la soirée, pour décider de rejeter ou d’accepter les résultats de ces élections. Toutefois, avant même la fermeture des bureaux de vote, le chef de l’opposition, Hailu Shawel, a dénoncé des irrégularités et appelé sa coalition à rejeter les résultats.

Hailu Shawel

Un haut responsable de l’opposition a affirmé, après la clôture du scrutin, que des observateurs de son parti avaient été chassés de plusieurs locaux où se déroulait le dépouillement. "En de nombreux endroits, nos observateurs électoraux sont rejetés et nous ne savons pas qui procède au dépouillement du vote", a accusé Berhanu Nega, vice-président de la Coalition pour l’unité et la démocratie (opposition). Toutefois, son parti n’a pas encore décidé s’il accepterait ou non les résultats des élections. "Il est important de ne pas prendre de décision précipitée", a dit M. Berhanu. "Nous avons besoin d’avoir toutes les données." Quant à l’interdiction de manifester décidée par le Premier ministre, ce responsable de l’opposition a estimé qu’il s’agissait d’une tentative en vue de couvrir des fraudes électorales.

Berhanu Nega

Les résultats provisoires des élections législatives de dimanche 15 mai doivent être annoncés, dans chaque bureau de vote, lundi 16 mai et les résultats officiels certifiés le 8 juin 2005.

Associated Press

Vue d’Addis Abeba

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source