retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (11ème partie) : De avril 2005 à mai 2005
AFP, 19 mai 2005

Proche Orient : Israël menaçant après le regain de violences à Gaza


Des écolières palestiniennes courent s’abriter, pendant un échange de tirs entre soldats israéliens et résistants palestiniens, à Dora, le 17 mai 2005

JERUSALEM (AFP) - Les responsables israéliens ont menacé, jeudi 19 mai 2005, de durcir les opérations militaires menées dans la bande de Gaza, si les tirs palestiniens contre les colonies juives de cette région et contre le territoire israélien ne cessaient pas.

Les funérailles d’Ahmed Barhoum, tué le matin même par l’armée israélienne, à Rafah, le 18 mai 2005


"Nous devons agir de façon plus agressive que nous ne l’avons fait jusqu’à maintenant", a affirmé le vice-ministre de la Défense, Zeev Boïm, à la radio publique. "Nous avons réagi jusqu’à présent avec modération et retenue, car nous avons intérêt à ce que le calme règne durant la période qui précède le retrait israélien de la bande de Gaza (prévu à la mi-août 2005), mais personne ne peut imaginer que nous procéderons à l’évacuation sous le feu (des Palestiniens)", a ajouté M. Boïm. "Si l’Autorité palestinienne ne comprend pas le message, nous le lui ferons comprendre", a prévenu M. Boïm. Mercredi 18 mai au soir et jeudi 19 mai 2005 au matin, trois roquettes artisanales de type Qassam tirées à partir de la bande de Gaza se sont abattues, sans faire de blessé dans le sud d’Israël, selon le porte-parole de l’armée. "Abou Mazen (Mahmoud Abbas, le dirigeant palestinien) dispose des forces de sécurité nécessaires pour faire face aux terroristes du Hamas, nous allons voir s’il le fait, si ce n’est pas le cas nous le ferons nous-mêmes", a également souligné M. Boïm. "Si le terrorisme continue au moment du retrait nous devrons d’abord le réprimer avant de procéder au retrait", a également indiqué M. Boïm, évoquant ainsi un possible report de l’évacuation militaire de la bande de Gaza et des 8000 colons israéliens installés dans cette région.

Zeev Boïm

Selon la radio publique, le Premier ministre, Ariel Sharon, devrait convoquer dans la journée une réunion de responsables militaires pour étudier des éventuelles ripostes en cas de poursuite de tirs palestiniens. En revanche, un proche du Premier ministre a indiqué qu’il "n’est pas question de changer les dates du retrait". "Si l’escalade se poursuit, nous frapperons de telle façon que ce sont les terroristes qui vont se trouver sous un tel feu et ce sont eux qui seront obligés d’arrêter", a mis en garde ce responsable qui a requis l’anonymat. Il a également accusé Mahmoud Abbas "de ne rien faire contre les terroristes" et d’avoir commis une "erreur en permettant au Hamas de participer aux élections sans que cette organisation soit désarmée". Il faisait ainsi allusion aux législatives palestiniennes, prévues le 17 juillet 2005, auxquelles le Hamas va participer pour la première fois fois après avoir enregistré de très bons scores lors d’une récentes séries de municipales dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

Ariel Sharon

Un brusque regain de violence a mis à mal une fragile trêve depuis le début, le 21 janvier 2005, d’une "période d’accalmie", c’est-à-dire une trêve informelle dans les attaques anti-israéliennes observée par les groupes armés palestiniens. L’armée israélienne a mené, mercredi 18 mai 2005, son premier raid aérien en quatre mois dans la bande de Gaza, où 34 roquettes et obus de mortiers ont été tirés sur des colonies. Un combattant du mouvement islamique Hamas a succombé, quelques heures après avoir été grièvement blessé dans le raid mené après la mort d’un autre membre du groupe dans un échange de tirs avec des militaires israéliens. Selon l’armée israélienne, le raid avait visé un groupe d’activistes qui s’apprêtaient à tirer des obus de mortier sur une colonie juive depuis la ville palestinienne de Khan Younès.

Agence France Presse

Un colon et un soldat israéliens devant une roquette qui est tombée sans exploser sur la colonie de Neve Dekalim, le 18 mai 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source