retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption L’affaire "Pétrole contre nourriture"
AP, 20 mai 2005

Corruption : Contrôle judiciaire de Bernard Guillet renforcé dans l’enquête "Pétrole contre nourriture"


Un pipeline saboté par la résistance irakienne, le 4 juillet 2004

PARIS (AP) - La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a renforcé, vendredi 20 mai, le contrôle judiciaire de Bernard Guillet, l’ancien conseiller diplomatique de Charles Pasqua, mis en examen, le 28 avril 2005, dans le cadre de l’enquête française sur le programme onusien "Pétrole contre nourriture", a-t-on appris de sources judiciaires.

France


M. Guillet doit notamment verser une caution de 200000 euros et s’est vu interdire tout contact avec l’ancien ministre irakien, Tarek Aziz, détenu par les Américains, a-t-on précisé de mêmes sources. La chambre de l’instruction a cependant refusé d’incarcérer M. Guillet comme le réclamait le parquet de Paris. Bernard Guillet, poursuivi pour "recel d’abus de biens sociaux et trafic d’influence aggravé", avait été remis en liberté à l’issue de sa mise en examen par le juge des libertés et de la détention. Le parquet, qui avait requis son placement sous mandat de dépôt, avait fait appel de cette décision.

Tarek Aziz

Mis en examen dans deux autres affaires, Bernard Guillet est déjà soumis à un contrôle judiciaire strict qui lui impose notamment de pointer toutes les semaines au commissariat et lui interdit tout contact avec les autres mis en examen de ces dossiers, dont Charles Pasqua. Par ailleurs, il s’est déjà acquitté d’une caution de 150000 euros en 2001.

Charles Pasqua

Le juge Courroye est saisi, depuis août 2002, d’une information judiciaire ouverte pour "abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits". Le Tracfin a signalé, en juin 2001, des mouvements de fonds suspects, de 1997 à 2001, entre Total, Total International Limited (TIL) et une société suisse. Celle-ci virait ensuite ces fonds sur des comptes off-shore dans différents paradis fiscaux. La justice soupçonne que ces fonds -plusieurs millions de dollars- ont constitué des commissions occultes pour obtenir des autorisations dans des pays comme l’Irak, pays alors sous embargo, et la Russie où Total souhaitait s’implanter.

Philippe Courroye

C’est dans le cadre de cette enquête que le juge est tombé sur des irrégularités dans le programme "Pétrole contre nourriture" qui auraient notamment bénéficié à M. Guillet. Ce dernier est déjà mis en examen dans l’affaire du trafic d’armes présumé vers l’Angola et dans celle de la Sofremi, une société d’exportations de matériel qui dépendait du ministère de l’Intérieur.

Associated Press

Un pipeline saboté par la résistance irakienne, le 14 novembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source