retour article original

mercredi 29 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (2ème partie) : Du 16 février 2004 au 29 février (...)
© SDA-ATS News Service, 18 février 2004

Washington apppelle le président haïtien à prendre des mesures

Suivi d’un commentaire


La Maison Blanche

FORT POLK - La Maison blanche a appelé le président haïtien à prendre "les mesures nécessaires" pour reprendre en main son pays livré à la violence. Les Etats-Unis ont aussi fait savoir qu’ils ne reconnaîtraient pas un gouvernement imposé par la force.


"Il y a une nécessité de changements dans la façon de gouverner Haïti et dans la situation sécuritaire", a déclaré le porte-parole présidentiel, Scott McClellan. "Nous appelons le président Jean Bertrand Aristide à faire en sorte qu’il prenne ces mesures essentielles pour faire face aux problèmes", a-t-il ajouté.

Scott McClellan

"Concernant le président Aristide, c’est au peuple haïtien de décider (de son avenir). A l’heure actuelle, nous nous concentrons sur un réglement pacifique de la situation", a ajouté M. McClellan. Il a appelé à un réglement négocié de la crise.

Plus tôt, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a déclaré qu’il n’y avait "pas d’enthousiasme" dans la communauté internationale pour envoyer une force internationale en Haïti. Enfin, l’ambassadeur américain à Port-au-Prince, James Foley, a déclaré que les Etats-Unis "ne reconnaîtraient pas en Haïti un gouvernement qui aurait pris le pouvoir par la force".

James Foley et Jean-Bertrand Aristide

Dans l’île, le chef des paramilitaires sous l’ex-dictateur Raoul Cédras (1991-1994) Louis-Jodel Chamblain, qui a pris la ville d’Hinche lundi, a été accueilli par une foule en liesse à Maissade, une autre localité du centre. Il a parcouru les rues de la ville au milieu de ses hommes armés.

Au Cap-Haïtien, deuxième ville d’Haïti et objectif des bandes armées, une rumeur sur un débarquement des insurgés par bateau a causé la panique, a indiqué un correspondant sur place. Le mouvement insurrectionnel contrôle désormais en partie quatre départements du nord, de l’est et du centre.

© SDA-ATS News Service

Les insurgés à Hinche, le 17 février 2004

Commentaire

On relèvera une évolution significative dans la position de l’actuel gouvernement des Etats-Unis.

Précédemment, il affirmait être opposé au renversement de Jean-Bertrand Aristide. Désormais, il se contente de dire que, dans l’hypothèse oû le dictateur d’Haïti serait chassé du pouvoir, les Etats-Unis ne reconnaîtront pas le gouvernement qui lui succédera.

En d’autres termes, il n’est plus du tout envisagé de recourir à la force pour maintenir Jean-Bertrand Aristide au pouvoir.

Les Haïtiens ont le feu vert pour lancer l’assaut contre le palais présidentiel.

Frank BRUNNER

Manifestation anti-Aristide à Port-au-Prince, le 17 février 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source