retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 21 mai 2005

Irak : Des sunnites demandent "une commission indépendante pour enquêter sur les meurtres et les tortures des détenus"


BAGDAD (AFP) - Des leaders sunnites ont relancé la polémique, samedi 21 mai 2005, sur les meurtres de religieux à Bagdad, invoquant une responsabilité du ministre de l’Intérieur chiite, Bayane Baqer Soulagh, qui a affirmé être prêt à traiter "avec le diable" pour vaincre le terrorisme.


"Tout en condamnant les raids et les arrestations d’imams et de fidèles dans les mosquées sous le couvert de la loi, nous demandons de former une commission indépendante pour enquêter sur les meurtres et les tortures des détenus et de démettre le ministre de l’Intérieur", ont demandé ces personnalités, réunies en congrès Bagdad, dans un communiqué. Le Comité des oulémas, la principale association de religieux sunnites du pays qui participait au congrès, avait également rejeté la responsabilité de ces meurtres sur l’Organisation Badr du parti chiite du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), l’accusant d’avoir agi pour le compte du ministère de l’Intérieur. Selon le Comité, qui a condamné "toutes les opérations criminelles et terroristes visant des innocents", au moins deux religieux ont été enlevés récemment par les forces de l’ordre et leurs corps découverts à Bagdad.

Le congrès, réunissant un millier de représentants sunnites, s’est tenu en pleine grève de la prière dans les mosquées sunnites pour protester contre le meurtre de 14 employés des mosquées, dont trois imams. Les muezzins ont continué d’appeler les fidèles aux cinq prières quotidiennes, tout en leur demandant d’accomplir ce devoir chez eux.

Répondant aux demandes de démission formulées lors du congrès, le ministre de l’Intérieur a affirmé : "Ceux qui n’ont pas obtenu un seul siège au Parlement n’ont pas le droit de demander le limogeage d’un ministre". "Le Parlement est la seule instance qui a le droit de le faire", a-t-il ajouté. Il avait démenti, récemment, l’implication de ses services dans ces meurtres, tout comme le ministre de la Défense, le sunnite Saadoun Al-Doulaïmi. M. Soulagh a reconnu que ses services collaboraient avec le groupe Badr, mais uniquement dans le domaine du renseignement. "Nous avons décidé de coopérer avec toutes les formations politiques du pays afin d’obtenir des renseignements" nécessaires à lutter contre le terrorisme, a-t-il dit. "Nous sommes prêts à aller chercher des renseignements auprès du diable s’il le faut", a-t-il continué lors d’une conférence de presse. M. Soulagh a par ailleurs affirmé que le gouvernement avait mis en place, depuis deux jours, "un nouveau plan" pour améliorer la sécurité, sans autres détails, ajoutant que "des centaines de terroristes" avaient été arrêtés depuis début mai. Cinquante d’entre eux devraient être jugés "bientôt". Il a également indiqué que la peine de mort, suspendue en 2003 par les Américains après la chute du régime de Saddam Hussein pare, était toujours en vigueur. "Il n’y a pas eu d’abolition et je pense que le Parlement va confirmer" cette loi, a-t-il déclaré. "Nous devons (l’) appliquer avec vigueur".

Sur le terrain, deux policiers ont été tués, à Samarra, par l’explosion d’une bombe, et un soldat a été tué par des tirs de roquettes contre un hôtel de la ville où résident des soldats irakiens et américains, selon des sources sécuritaires.

Un civil a été tué sur la route de l’aéroport à Bagdad, victime d’accrochages entre l’armée et des résistants, selon une source du ministère de l’Intérieur.

Des responsables ont aussi affirmé que 295 employés américains travaillant à la reconstruction de l’Irak et des gardes chargés de leur sécurité ont été tués depuis un an en Irak.

Par ailleurs, beaucoup d’Irakiens ont qualifié d’"humiliantes" les photos de l’ex-dictateur Saddam Hussein publiées par le tabloïd britannique The Sun, dont l’une le montre en slip dans sa prison gardée, même si certains estimaient qu’il méritait cette humiliation.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source