retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burundi
AFP, 2 juin 2005

Burundi : Médécins sans frontières dénonce les conditions sanitaires "inacceptables" des réfugiés rwandais


Des soldats pakistanais de l’ONU préparent des charges de TNT pour faire exploser un dépôt de munitions et d’armes restituées par d’ex-rebelles, à Gashingwa, le 2 avril 2005

L’organisation Médécins sans frontières (MSF) a dénoncé, jeudi 2 juin 2005, les "conditions sanitaires inacceptables" dans lesquelles vivent les quelque 7000 Rwandais qui ont fui au Burundi la justice de leur pays et qui sont regroupés dans un site proche de la frontière rwandaise.

Burundi


"MSF-Belgique s’inquiète des conditions sanitaires inacceptables dans lesquelles se retrouvent les réfugiés rwandais regroupés dans le camp de transit de Songore", dans le nord du Burundi, déclare l’organisation non-gouvernementale (ONG) dans un communiqué transmis à l’AFP à Bujumbura. "Le manque d’eau, d’abris et d’accès à la nourriture renforce l’affaiblissement des populations réfugiées et augmente les risques d’épidémies et de malnutrion", précise MSF. Dans son communiqué, MSF rapporte "des témoignages alarmants". "Les réfugiés nous ont unanimement exprimé le fait qu’ils ne se sentent actuellement pas en sécurité et qu’ils subissent des pressions constantes, voire des actes de violence, pour retourner au Rwanda", explique Sonia Peyrassol, coordinatrice des opérations de l’ONG pour la région des Grands Lacs. "Or, ces réfugiés expriment clairement ne pas vouloir retourner dans leur pays pour le moment", ajoute-t-elle.

Sonja Peyrassol

Ces Rwandais, de l’ethnie majoritaire hutue, ont fui leur pays, depuis début avril 2005, notamment par crainte des juridictions populaires "gacaca", chargées de juger les exécutants présumés du génocide de 1994 au Rwanda, commis essentiellement contre la minorité tutsie. Certains disent aussi fuir des rumeurs d’exactions.

Des réfugiés au camp de Songore

Les autorités burundaises, à la demande de Kigali, ont refusé de leur attribuer le statut de réfugiés et ont entamé, samedi 28 mai 2005, leur regroupement forcé dans le site de transit de Songore. Les deux pays ont lancé une campagne pour inciter ces Rwandais à rentrer au pays. "Tous les Rwandais, qui étaient éparpillés dans sept sites, sont aujourd’hui regroupés dans le site de transit de Songore", a expliqué, jeudi 2 juin 2005, à l’AFP, Felix Niragira, le gouverneur de la province de Ngozi, où se trouve ce site. Le camp de Songore "est en pleine forêt et est d’une capacité maximale de 800 personnes", selon MSF. "Ils sont au nombre de 6868, d’après un premier pointage du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés, mais nous sommes en train de revérifier", a déclaré le gouverneur de Ngozi. Dix-sept de ces Rwandais ont été hospitalisés à Kiremba, dans le nord du pays, selon l’administration burundaise qui n’a pas été en mesure d’en préciser la raison. "Les conditions de vie de ces gens sont encore précaires", a reconnu le colonel Didace Nzikoruriho, chargé des réfugiés au ministère burundais de l’Intérieur. "Mais tout est en train d’être fait pour améliorer ces conditions, des tentes sont en train d’être érigées, la nourriture est en train d’être distribuée", a-t-il précisé.

Agence France Presse

Destruction de munitions et d’armes restituées par d’ex-rebelles, près de Gashingwa, le 2 avril 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source