retour article original

jeudi 17 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (12ème partie) : De juin 2005 à décembre (...)
Le Monde, 2 juin 2005

Proche Orient : Le réquisitoire de Haïm Yavin contre l’occupation israélienne

par Stéphanie LE BARS


Après presque quarante ans de bons et loyaux services à la télévision publique, le présentateur vedette de la première chaîne israélienne fait sécession. Dans un documentaire en cinq volets actuellement diffusé sur la deuxième chaîne privée du pays, Haïm Yavin, 72 ans, dresse un réquisitoire implacable contre l’occupation des territoires palestiniens. Une traîtrise impardonnable aux yeux des colons, déjà déstabilisés par l’évacuation de la bande de Gaza prévue en août 2005. Leurs représentants ont demandé le renvoi de "Monsieur TV".


Armé d’une petite caméra, Haïm Yavin a, pendant deux ans, sillonné les territoires occupés à la rencontre des colons les plus extrémistes de Cisjordanie et filmé les scènes de la vie ordinaire des Palestiniens bloqués aux postes de contrôle militaires. Les discours radicaux, violents et racistes des colons, l’arrogance et la brutalité des soldats, l’humiliation des Palestiniens, femmes, enfants, vieillards compris, rapportés dans La Terre des colons n’ont rien de nouveau ; quatre années et demie d’Intifada ont dramatiquement détérioré les relations entre Israéliens et Palestiniens. Mais la personnalité de l’auteur du documentaire et la visibilité qu’a choisi de lui donner la deuxième chaîne, en programmant le film en première partie de soirée, donnent une force exceptionnelle à ces témoignages.

"Une révolution mentale"

Jusqu’alors Haïm Yavin, l’un des fondateurs de la télévision publique israélienne, s’était contenté de présenter les informations du soir tout en conservant une neutralité remarquée. Avec son film, l’homme du consensus opère, bien qu’il s’en défende, un glissement dans le camp des "gauchistes", contempteurs de la colonisation. "Ce n’est pas moi qui suis plus à gauche, explique-t-il, c’est la société qui est tombée plus à droite."

Pour Tom Segev, l’un des grands commentateurs israéliens, les prises de position de M. Yavin pourraient donner à réfléchir à l’Israélien moyen. "Il est Monsieur Israël, l’âme d’Israël, et s’il en arrive à ces conclusions, alors probablement beaucoup de personnes ressentent la même chose." Car M. Yavin ne mâche pas ses mots. "Depuis 1967 -date de l’occupation des territoires palestiniens-, nous avons été des conquérants brutaux, des occupants, supprimant un autre peuple qui revendiquait cette terre" , déclare-t-il dans le film. "Nous devons effectuer une révolution mentale. Les Palestiniens sont un peuple et nous devons partager cette terre avec eux."

En laissant parler abondamment les colons, le journaliste met aussi le doigt sur la complicité de la société israélienne, qui, durant 38 ans, a permis et encouragé l’entreprise de colonisation aujourd’hui décriée. Son aura lui permet d’engager des discussions et des débats que les colons refusent généralement d’accorder à la presse. Caméra au poing, Haïm Yavin leur tient tête, interpelle des soldats, tente une médiation pour laisser passer un homme et sa fillette en pleurs à un poste de contrôle et livre ses réflexions. "Je ne peux vraiment rien faire pour soulager cette misère, à part la montrer, afin que ni moi ni ceux qui me soutiennent ne puissent dire que nous n’avons rien vu, rien entendu ou rien su."

Le public israélien dispose désormais avec La Terre des colons d’un manifeste anticolonisation particulièrement accessible. A moins de trois mois de l’évacuation de la bande de Gaza, il vient opportunément s’ajouter au récent ouvrage, La Terre des seigneurs, un livre magistral et touffu, rédigé par un journaliste de gauche, Akiva Eldar, et une universitaire, Idith Zertal, qui dénoncent aussi, à leur manière, l’entreprise d’occupation israélienne.

Stéphanie LE BARS

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Stéphanie LE BARS

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source