retour article original

dimanche 30 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Afrique du Sud
Le Monde, 3 juin 2005

Corruption : Le vice-président sud-africain impliqué dans des affaires de pots-de-vin

par Fabienne POMPEY


Vue de Durban

Les partisans de Jacob Zuma le voyaient déjà président de la République, succédant à Thabo Mbeki en 2009. Aujourd’hui, l’opposition réclame sa tête. La carrière du vice-président sud-africain, figure influente du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, est compromise par une affaire de corruption, liée notamment au groupe français Thales et qui tient la classe politique en haleine depuis des mois.

Afrique du Sud


Après sept mois de procès, jeudi 2 juin 2005, la Haute Cour de Durban a jugé Schabir Shaik, ancien conseiller financier de M. Zuma, coupable de corruption et de fraude. Il était accusé d’avoir payé des pots-de-vin au vice-président, en échange de son influence. Entre 1995 et 2001, M. Shaik lui aurait versé 1,3 million de rands (160000 euros). Il a expliqué qu’il s’agissait de prêts, le vice-président connaissant des difficultés financières.

Schabir Shaik

Schabir Shaik avait aussi essayé d’obtenir de la compagnie française Thales, anciennement Thomson-CSF, le versement de 500000 rands par an pour acheter la protection de M. Zuma en cas d’enquête. Cette proposition avait été faite au moment où la justice sud-africaine commençait à s’intéresser à un énorme contrat d’armement passé par le gouvernement, fin 1998, d’un montant d’environ 5 milliards d’euros. Thales avait obtenu un marché pour l’équipement électronique de quatre corvettes.

Des simulateurs de vol construits par Thales

Démission demandée

La presse locale avait publié copie d’un fax codé dans lequel Alain Thetard, alors représentant local de Thales, détaillait la demande faite par Schabir Shaik au nom de M. Zuma. En reconnaissant l’existence de cette lettre, qui était un élément-clé de l’accusation, la compagnie a obtenu le retrait des charges retenues contre elle dès l’ouverture du procès, en octobre 2004. Pour sa défense, M. Shaik a assuré que cet argent était destiné à un fonds pour l’éducation des enfants dirigé par M. Zuma. Le juge a estimé que "rien n’était plus ridicule" que cette version des faits, ajoutant que, si Thales avait voulu faire un don pour les enfants, la compagnie n’aurait pas eu recours à des correspondances secrètes. Schabir Shaik, qui risque au minimum quinze ans de prison, a quitté le tribunal le visage défait.

Hilary Squires

L’énoncé du jugement, 165 pages lues par le juge Squires, a été retransmis en direct par la radio et la télévision, pendant deux jours et demi, et a été suivi par toute la classe politique. Dans les minutes suivant le verdict, l’opposition demandait la démission du vice-président. "S’il ne démissionne pas sur le champ, il faut que le président Mbeki le démette" , a estimé Douglas Gibson, porte-parole de l’Alliance démocratique (DA). "Il y a des nuages noirs au-dessus de la tête du vice-président", a estimé l’Inkhata, le parti zoulou. Le Parti des indépendants a demandé que l’Etat engage des poursuites contre M. Zuma.

Thabo Mbeki

A 63 ans, Jacob Zuma pourrait prétendre à la succession de Thabo Mbeki. Il bénéficie d’un très fort soutien au sein de l’ANC, auprès de la jeunesse du parti, ainsi que dans les syndicats. Il est également très populaire dans sa région d’origine, le Kwazulu Natal. Son porte-parole a expliqué que M. Zuma, qui a toujours clamé son innocence, étudiait le jugement. L’ANC a estimé que ce procès avait respecté "la présomption d’innocence" et qu’il était "un signe de l’intégrité du système judiciaire sud-africain et confirme la maturité de (notre) démocratie".

Fabienne POMPEY

Jacob Zuma

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Fabienne POMPEY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source