retour article original

jeudi 30 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (17ème partie) : De mai 2005 à décembre 2005
AFP, 10 juin 2005

Irak : l’Union européenne formera des centaines de cadres

Suivi d’un commentaire


BAGDAD (AFP) - L’Union européenne va lancer un programme de formation de plusieurs centaines de cadres policiers, judiciaires et pénitentiaires irakiens d’ici, au 1er juillet 2005, pour aider l’Irak dans ses efforts de stabilisation et de reconstruction.


"Les autorités irakiennes nous ont invités à lancer EUJUSTLEX (plan européen de formation) dès que possible et nous entendons le faire dès la fin de la conférence" internationale sur l’Irak, prévue le 22 juin à Bruxelles, "et pas plus tard que le 1er juillet" 2005, a indiqué le haut représentant pour la politique extérieure de l’Union européenne, Javier Solana. Cette annonce a été faite dans un communiqué de M. Solana diffusé par ses services à Bruxelles.

Le haut représentant européen s’est rendu, jeudi 9 juin, à Bagdad, en compagnie du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, dont le pays assure la présidence de l’Union européenne, du secrétaire au Foreign Office, Jack Straw, et de la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner. La visite sans précédent de la délégation européenne a été saluée par le président irakien, Jalal Talabani, y voyant un "signe de soutien" à son pays. Les Vingt-Cinq avaient convenu, en février 2005, d’une telle mission de formation portant sur 770 personnes. Elle doit durer un an et se dérouler en dehors d’Irak.

Le Britannique Stephen White, ancien responsable de la police en Irlande du Nord, a été nommé à la tête de cette mission. Dix millions d’euros du budget communautaire ont été alloués à ce programme de formation. "La guerre (en Irak) nous a divisés en Europe, mais à présent nous sommes unis pour aider l’Irak", avait déclaré, à Bagdad, le chef de la diplomatie du Luxembourg. "Nous constatons jour après jour un changement dans l’attitude de l’Union européenne envers l’Irak", lui a répondu M. Talabani. "L’Europe peut faire énormément pour aider le processus démocratique dans le pays".

Selon Benita Ferrero-Waldner, "la visite revêt une signification très particulière parce qu’il s’agit du début d’une relation politique qui évoluera en un réel partenariat entre l’Irak et l’Union européenne". "L’Europe a déjà dépensé 300 millions d’euros en Irak et 200 autres millions seront dépensés d’ici à la fin de l’année", a-t-elle ajouté. La commissaire européenne aux Relations extérieures a plaidé, lors d’un entretien avec le président du Parlement, Hajem Al-Hassani, pour que la rédaction de la Constitution soit achevée avant la date prévue du 15 août 2005. M. Talabani a annoncé, à l’occasion, que 25 places avaient été réservées aux sunnites dans la Commission de rédaction de la Constitution, comme ils le demandaient, ce qui lève un obstacle de taille à leur participation au processus politique.

A Oslo, le mollah Krekar, fondateur du groupe islamiste kurde irakien Ansar Al-Islam, actuellement en procès contre l’Etat norvégien qui a décidé de l’expulser, a loué Oussama Ben Laden, l’appellant "un joyau" de l’islam, indique, jeudi 9 juin 2005, l’agence de presse norvégienne NTB. "Je ne nie pas avoir dit que Ben Laden est un joyau parmi les imams de l’islam. Il est fidèle à la religion", a déclaré le mollah devant le tribunal d’Oslo, où il tente de prouver qu’il ne présente pas de menace pour la sécurité nationale norvégienne, rapporte NTB. Réfugié en Norvège depuis 1991, le mollah Krekar y est aujourd’hui l’objet d’une procédure d’expulsion depuis que les médias ont révélé, il y a plus de deux ans, son rôle dans la création d’Ansar Al-Islam, un groupuscule figurant sur la liste américaine des organisations terroristes. L’Etat norvégien considère qu’il pose des problèmes pour la sûreté nationale et qu’il a enfreint les conditions de son permis de séjour en retournant à plusieurs reprises dans son pays d’origine.

A Washington, le Trésor américain a annoncé, jeudi 9 juin 2005, avoir ordonné le gel des avoirs d’une société basée à Damas et de deux responsables syriens accusés d’avoir fourni des équipements militaires au régime de Saddam Hussein malgré les sanctions imposées par l’ONU.

Agence France Presse

Commentaire

L’Union européenne, en formant des policiers irakiens, adopte une attitude de complicité active avec des tortionnaires, puisque l’usage systématique de la torture est avéré en Irak, de même qu’y est avérée l’existence d’une "justice" parallèle, à la botte du pouvoir, qui n’hésite pas à rendre des sentences de mort sur la base d’aveux extorqués au moyen de la torture. Il est vrai que les dirigeants européens n’ont aucun scrupule à collaborer avec les Etats-Unis malgré Guantanamo.

On mesure ainsi quel crédit il y a lieu d’accorder aux dirigeants européens lorsqu’ils proclament, à qui veut les entendre, leur prétendu "attachement indéfectible aux droits de l’homme".

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source